Deux pays de l'Union européenne, l'Espagne et l'Irlande, ainsi que la Norvège, ont officiellement reconnu mardi l'État de Palestine.
Pour Stéphane Séjourné, ces États privilégient un "positionnement politique", notamment dans le cadre de la campagne des élections européennes.
Selon le chef de la diplomatie française, Paris cherche au contraire des "solutions diplomatiques" à cette crise.

La reconnaissance d'un État palestinien n'est pas "un sujet tabou" pour la France, mais elle doit intervenir "à un moment utile" et non pas sous le coup de "l'émotion". C'est ce qu'a déclaré Emmanuel Macron mardi 28 mai, alors que deux pays de l'Union européenne (UE), l'Espagne et l'Irlande, ainsi que la Norvège, ont décidé de reconnaître l'État de Palestine le même jour. Ce choix des alliés européens a été vivement critiqué par Stéphane Séjourné ce mercredi 29 mai. Le chef de la diplomatie française a accusé ces trois pays de privilégier un "positionnement politique", notamment dans le cadre de la campagne des élections européennes, plutôt que de chercher une solution diplomatique au conflit israélo-palestinien.

"La France est pour la solution à deux États. Par définition, la question de la reconnaissance devra intervenir, évidemment. La question qui se pose, et je l'ai dit de manière très nette à mes homologues espagnol et irlandais notamment : quel est le jour d'après la question de la reconnaissance ? Quelle est l'utilité diplomatique ?", a déclaré Stéphane Séjourné devant les sénateurs français.

La Palestine reconnu par 145 États de l'ONU

"La France ne se situe pas dans un positionnement politique, elle cherche des solutions diplomatiques à cette crise. Je regrette qu'un certain nombre d'États européens aient privilégié le positionnement politique dans le cadre d'une campagne des européennes, qui ne résout rien", a-t-il poursuivi. "Dites-moi exactement ce que la reconnaissance espagnole a changé le lendemain à la situation à Gaza ? Rien !", a-t-il lancé. "La France, elle, agit au Conseil de sécurité de l'ONU" pour trouver une solution diplomatique.

En incluant l'Espagne, l'Irlande et la Norvège, l'État de Palestine est désormais reconnu par 145 des 193 États membres de l'ONU, selon des chiffres donnés par l'Autorité palestinienne. La plupart des pays d'Europe occidentale et d'Amérique du Nord, l'Australie, le Japon ou encore la Corée du Sud sont absents de cette liste.


JC avec l'AFP

Tout
TF1 Info