VIDÉO - Guerre Israël-Hamas : il y aura un avant et un après le 7 octobre, selon l'ancien ambassadeur israélien en France

par M.L
Publié le 10 octobre 2023 à 10h29

Source : TF1 Info

Invité sur LCI, l'ancien ambassadeur d'Israël en France Avi Pazner a estimé que l'attaque d'ampleur du Hamas de samedi fera date dans l'histoire israélienne.
L'ex-diplomate a tracé un "parallèle" avec la guerre du Kippour, il y a près de 50 ans jour pour jour, au cours de laquelle l'État hébreu avait aussi été pris de court par une offensive surprise.

Tout a basculé en quelques heures. Il y aura "absolument" un avant et un après 7 octobre pour l'État hébreu, après l'offensive surprise massive déclenchée par le Hamas samedi, a estimé mardi sur le plateau de LCI l'ancien ambassadeur d'Israël en France Avi Pazner. Une attaque survenue quasi 50 ans jour pour jour après la guerre du Kippour, une courte confrontation de 18 jours seulement, mais qui avait, elle aussi, marqué l'histoire israélienne et avec laquelle l'ex-diplomate fait un "parallèle" très net avec le conflit actuel. 

"Comme il y a un avant (et un après) 6 octobre, lors de la guerre de Yom Kippour, qui est commémorée chaque année avec grande solennité, il va y avoir le 7 octobre", a-t-il estimé dans le 6/9 de LCI, délocalisé à Tel-Aviv. "Nous avions alors affaire à l'Égypte et la Syrie, deux pays et deux armées qui nous ont surpris le jour le plus important du point de vue de la religion juive. Là aussi, le Hamas nous a surpris lors d'une fête juive importante, elle aussi", a poursuivi Avi Pazner.

"Comment a-t-on pu être pris par surprise ?"

La guerre du Kippour avait éclaté le 6 octobre 1973, lorsque l'Égypte et la Syrie avaient lancé une attaque surprise conjointe contre Israël, qui célébrait alors le Yom Kippour, le Grand Pardon, un des points culminants du calendrier liturgique juif. Pris de court, Israël finit par repousser l'assaut jusqu'à un cessez-le-feu validé par l'ONU le 25 octobre. Mais les pertes sont très importantes : plus de 2600 morts en trois semaines de combat pour l'État hébreu, pour au moins 9500 morts et disparus côté arabe. 

L'offensive du Hamas de samedi a, quant à elle, été lancée au dernier jour des fêtes juives de Souccot en Israël, alors que le pays vivait au ralenti et que de nombreux pèlerins et touristes ont afflué en cette période de vacances scolaires.

L'ancien ambassadeur a aussi relevé une "défaillance" des services de sécurité israéliens, qui ont été complètement dépassés par cette attaque d'ampleur, menée à la fois dans les airs par des tirs de roquettes, mais aussi par des infiltrations terrestres et des assauts maritimes. "Il va falloir enquêter, savoir ce qu'il s'est passé, comment a-t-on pu être pris par surprise, nous, l'armée la plus forte du Moyen-Orient, dotée des meilleurs services de renseignement qu'il y ait", a lancé Avi Pazner. "Mais ça, ce sera après la guerre, il faut d'abord conduire la guerre", a-t-il insisté. 

Invité sur LCI samedi soir, l'ambassadeur actuel d'Israël en France Raphaël Morav avait, lui aussi, pointé une "défaillance des renseignements", reconnaissant que l'offensive du Hamas "nous a pris par surprise, il faut l'admettre". "Malheureusement, on était peut-être sous l'illusion que le Hamas voulait enfin changer, devenir une entité un peu plus crédible et responsable, mais leur nature n'a pas changé, elle est toujours de vouloir anéantir Israël", a-t-il affirmé.


M.L

Tout
TF1 Info