Guerre Israël-Hamas : Tsahal exige l'évacuation du nord de Gaza dans les 24H, l'ONU craint un "désastre humanitaire"

par A.B. avec AFP
Publié le 13 octobre 2023 à 7h48

Source : TF1 Info

Israël a ordonné, dans la nuit de jeudi à vendredi, l'évacuation sous 24 heures de "tous les civils" de la ville de Gaza.
Ce sont environ 1,1 million de personnes qui sont appelés à partir sous 24 heures vers le sud.
L'ONU a averti qu'un tel déplacement de population n'était pas possible "sans provoquer des conséquences humanitaires dévastatrices".

Tel Aviv poursuit son opération pour "écraser" le Hamas. Un peu moins d'une semaine après l'attaque sanglante menée par le mouvement terroriste sur le territoire d'Israël, les autorités de l'État hébreu ont ordonné, vendredi 13 octobre à l'aube, l'évacuation sous 24 heures de "tous les civils" de la ville de Gaza. Les habitants sont appelés à se diriger vers le sud "pour leur propre sécurité et protection". 

Selon l'ordre publié par l'armée israélienne, les Gazaouis sont appelés à se "rendre dans le secteur au sud du Wadi Gaza", un ruisseau situé au sud de la ville de Gaza. "Vous ne serez autorisés à retourner dans la ville de Gaza que lorsqu'une autre annonce le permettant sera faite", précise également le communiqué. 

"Des conséquences humanitaires dévastatrices"

Cette annonce inquiète, alors que la possibilité d'une incursion militaire dans la bande de Gaza menée par Tsahal - le nom de l'armée israélienne - est évoquée depuis plusieurs jours. Le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Stéphane Dujarric, a toutefois averti que la demande de l'État hébreu, qui concerne environ 1,1 million de Gazaouis était "impossible sans provoquer des conséquences humanitaires dévastatrices". Dans ces circonstances, "les Nations unies appellent fortement à ce que cet ordre (...) soit annulé pour empêcher de transformer ce qui est déjà une tragédie en une situation calamiteuse". 

Une réaction vivement dénoncée par l'ambassadeur d'Israël à l'ONU, qui a qualifié la déclaration de Stéphane Dujarric de "honteuse" accusant les services onusiens d'avoir "fermé les yeux face au Hamas". L'agence de l'ONU pour les réfugiés a, de son côté, annoncé avoir relocalisé tout son personnel et son centre opérationnel dans le sud du territoire palestinien. "Nous demandons à Israël de protéger les civils présents dans les refuges de l'ONU, y compris les écoles", a écrit sur X l'agence. Jeudi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé que "tout comme l'EI a été écrasé, le Hamas sera écrasé", en référence au groupe État islamique. 

Le 7 octobre à l'aube, au dernier jour des fêtes juives de Souccot, des centaines de combattants du Hamas ont infiltré Israël pour tuer plus d'un millier de civils et emmener des dizaines d'otages à Gaza. Une attaque d'une extrême violence qui a sidéré Israël. Depuis, l'État hébreu pilonne la bande de Gaza pour éliminer les membres du mouvement terroriste. En sept jours, environ 1200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées en Israël. Dans la bande de Gaza, les frappes israéliennes massives lancées en riposte ont fait 1417 morts, dont de nombreux civils, selon les autorités locales.


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info