Le Premier ministre israélien a admis que les failles ayant conduit aux attaques du Hamas seraient examinées "après la guerre".
Tandis qu’Emmanuel Macron a achevé sa visite de deux jours dans la région, un hommage aux victimes françaises a été officialisé.
Voici les principales informations de ces dernières 24 heures sur le conflit au Proche-Orient.

Tentatives d’intrusion du Hamas. Ce jeudi 26 octobre au petit matin, Tsahal a mené une incursion plus importante que d'habitude dans Gaza avec des chars et des buldozers, selon l'envoyé spécial de LCI, Xavier de Giacomoni. "En préparation des prochaines étapes des combats, Tsahal a opéré dans le nord de Gaza. Les chars et l'infanterie de Tsahal ont frappé de nombreuses cellules terroristes, des infrastructures et des postes de lancement de missiles antichar", a communiqué l'armée sur X, selon qui "les soldats ont depuis quitté la zone et sont retournés en territoire israélien". Cela fait suite à la présence repérée la veille de plongeurs du Hamas sur le sol israélien. Ces derniers auraient quitté la côte de Gaza par des tunnels, puis rejoint Israël par la mer pour tenter d'atteindre le kibboutz de Zikim. La zone a été bouclée.

Une hommage aux victimes françaises

Netanyahu va aussi "rendre des comptes". Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a concédé mercredi 25 octobre qu'il devrait lui aussi "rendre des comptes" sur les "défaillances" sécuritaires ayant permis les attaques du Hamas, le 7 octobre dans le sud d’Israël. "Nous examinerons en détail jusqu'au bout ce qui s'est passé, les défaillances seront examinées et tout le monde devra rendre des comptes, moi aussi. Mais tout ça se déroulera après la guerre", a déclaré le Premier ministre dans ce qui semble être un début de reconnaissance de sa responsabilité. Mais dans le même temps, la volonté d’Israël d’entrer dans Gaza par la frontière est la même.

Une offensive terrestre imminente ? L'offensive de l'armée israélienne dans la bande de Gaza peut se produire à tout moment, alors que l'enclave palestinienne est bombardée sans cesse et que 360.000 réservistes massés aux frontières ont été rappelés. Benjamin Netanyahu a confirmé préparer "une incursion terrestre", précisant ne pas pouvoir "rentrer dans le détail" de l'opération. Dans ce contexte, de nombreux pays appellent à la désescalade et Emmanuel Macron, en visite en Israël, a estimé qu’une opération terrestre "massive" d'Israël à Gaza serait "une erreur". 

Un hommage rendu aux victimes françaises. Le président français Emmanuel Macron a clôturé une visite de deux jours au Proche-Orient pour montrer sa "solidarité" envers Israël, appeler à la "protection des civils" à Gaza et tenter d'écarter une "escalade" du conflit dans la région. En parallèle, un hommage aux victimes françaises a été acté, selon l’entourage du président de la République. La date et le lieu de l’hommage restent encore à définir. Selon un dernier bilan annoncé mercredi au Caire par Emmanuel Macron, 31 Français ou Franco-Israéliens ont été tués lors de l'attaque du 7 octobre.


C.Q

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info