Ukraine : onze mois de guerre

Nouvelles frappes russes, tentatives d'attentats déjouées… Le point sur la situation en Ukraine

M.C avec AFP
Publié le 13 octobre 2022 à 6h16
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Plusieurs frappes russes en Ukraine ont fait au moins sept morts, le mercredi 12 octobre.
Les services de sécurité russes ont affirmé avoir réussi à déjouer deux tentatives d'attentats.
Les faits marquants de ces 24 dernières heures.

Au 232ᵉ jour de guerre, la Russie et l'Ukraine continuent leur stratégie respective. Après deux jours de bombardements intensifs revendiqués par Moscou, Kiev a affirmé, mercredi 12 octobre, avoir repris cinq localités de la région méridionale de Kherson. En revanche, l'armée russe continue son attaque, avec de nouvelles frappes qui ont fait au moins sept morts dans une ville proche de Donetsk. On fait le point sur les faits de ces 24 dernières heures. 

Ukrainiens et Russes suspectés

Des suspects arrêtés. Ce mercredi 12 octobre, les services de sécurité de Russie (FSB) ont indiqué avoir arrêté huit suspects, dont cinq Russes, suspectés d'avoir participé à l'organisation de l'attaque à l'explosif qui a touché le pont de Crimée, samedi 8 octobre. À travers un communiqué, cité par les agences de presse russes, le FSB affirme que cette "attaque terroriste" a été organisée par les renseignements militaires ukrainiens. Selon cette même source, les explosifs ont été dissimulés dans des "rouleaux de film plastique" envoyés au cours du mois d'août depuis le port ukrainien d'Odessa. Ils auraient ensuite transité par la Bulgarie, la Géorgie, l'Arménie, avant d'atterrir en Russie.

Acte terroriste. Une nouvelle fois, les services de sécurité russes ont affirmé, le 12 octobre, avoir réussi à déjouer une tentative d'attentat dans la région de Moscou, et une autre, dans la région de Briansk. Le FSB accuse Kiev d'avoir préparé ces différentes attaques. À travers deux communiqués bien distincts, toujours cités par les agences de presse de Russie, les services de sécurité ont indiqué avoir arrêté deux Ukrainiens : l'un d'eux est suspecté d'avoir préparé une attaque au lance-roquettes dans la région de Moscou. L'autre, quant à lui, est suspecté d'avoir voulu organiser une attaque à l'explosif contre un centre logistique à Briansk.

L'Ukraine, ciblée et déterminée

L'Ukraine reprend des villes. Mercredi 12 octobre, dans la matinée, la présidence ukrainienne a annoncé la reprise aux forces russes de cinq localités de la région méridionale de Kherson, région dans laquelle l'Ukraine mène actuellement une contre-offensive. Une reprise faisant reculer les troupes russes, dans une région que Moscou affirmait pourtant avoir annexée. "Les forces armées de l'Ukraine ont libéré cinq localités de plus dans le district de Beryslav de la région de Kherson :  Novovasylivka, Novogrygorivka, Nova Kamianka, Tryfonivka, Chervoné", a indiqué la présidence ukrainienne.

Nouvelles frappes. Dans la matinée, dans la ville d'Avdiïvka en Ukraine, une frappe russe sur un marché a fait au moins sept morts, a annoncé Pavlo Kyrylenko, le gouverneur ukrainien de la région de Donetsk. "Au moins sept morts et huit blessés à la suite d'un bombardement matinal sur Avdiïvka. Les Russes ont frappé le marché central, où se trouvaient de nombreuses personnes à ce moment-là", a-t-il affirmé sur le réseau social Telegram.

Annexions condamnées. L'Assemblée générale de l'ONU a condamné, mercredi, avec une large majorité les "annexions illégales" de territoires de l'Ukraine par la Russie, après que Moscou eut opposé son veto sur un texte similaire présenté au Conseil de sécurité. Composée de 193 États membres, l'Assemblée générale s'est réunie en urgence le lundi 10 octobre. Cette dernière a adopté cette résolution avec 143 voix pour, face à cinq pays contre et 35 absentions, dont la Chine, l'Inde, le Pakistan ou encore l'Afrique du Sud. 

Emmanuel Macron prend la parole

La France et les armes. Dans la soirée du mercredi 12 octobre, Emmanuel Macron était l'invité de Caroline Roux dans l'émission L'événement, sur France 2. Le président de la République est revenu sur les livraisons d'armes aux Ukrainiens. "Nous avons livré depuis le début de la guerre beaucoup de missiles et ces fameux canons Caesar. Et nous allons continuer. Nous en avons livré 18, on va en livrer six supplémentaires. Et nous allons aussi livrer des radars et des missiles pour protéger (les Ukrainiens) de ces attaques, en particulier pour les protéger des attaques de drones", a-t-il précisé. D'autres systèmes de défense anti-aériens seront également livrés à l'armée ukrainienne.

Lire aussi

Macron apporte son soutien. Toujours dans ce même entretien, le chef de l'État a réaffirmé son soutien à l'Ukraine, tant sur le plan humanitaire que militaire, en rappelant que la France ne s'attaque pas à la Russie. "Nous soutenons l'Ukraine dans la résistance. Nous avons livré des armes et aidé l'Ukraine sur le plan humanitaire et économiquement pour résister. Est-ce que la France menace le sol russe ? La réponse est non", a-t-il affirmé, en direct. 


M.C avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info