Poutine décrète la "mobilisation partielle" : début de contestation en Russie ?

VIDÉO - Russie : une centaine d'arrestations au Daghestan lors d'une manifestation anti-mobilisation

M.G avec AFP
Publié le 26 septembre 2022 à 12h45
JT Perso

Source : TF1 Info

Une centaine de personnes ont été interpellées dimanche au Daghestan, dans le sud-ouest de la Russie, lors d'une manifestation contre la mobilisation militaire récemment décrétée.
Cette région multi-ethnique à majorité musulmane est celle qui a payé le plus lourd tribut depuis le début de l'offensive en Ukraine.

La grogne monte. Quelques jours après l'annonce de Vladimir Poutine d'une mobilisation partielle dans le pays, les manifestations se multiplient en Russie. Des mouvements particulièrement importants ont eu lieu ce week-end, dans le Caucase. Des médias russes ont ainsi publié des vidéos montrant des femmes se disputant avec des policiers au Daghestan, dans le sud-ouest de la Russie. "Pourquoi prenez-vous nos enfants ?", a interpellé l'une d'entre elles. D'autres vidéos ont montré des protestataires être brutalement interpellés par la police. Une séquence lors de laquelle des hommes brûlent le portrait de Poutine est également devenue virale sur les réseaux sociaux. 

En tout, au moins 101 personnes ont été arrêtées par la police à Makhatchkala, la capitale du Daghestan, a affirmé lundi l'ONG OVD-Info. 

Un lourd tribut depuis le début de la guerre

Région multi-ethnique à majorité musulmane, la république du Daghestan est l'un des territoires les plus pauvres de Russie. Il a été ensanglanté dans les années 2000 par une guerre entre les forces russes et une guérilla djihadiste. Pour ne rien arranger, c'est aussi le territoire russe qui essuie la plus forte proportion d'hommes tués au combat en Ukraine, depuis le début de l'invasion. De manière générale, des critiques accusent le Kremlin de vouloir mobiliser en priorité des hommes vivant dans des régions pauvres et reculées.

Pour apaiser la population locale, le commissaire militaire du Daghestan, Daïtbeg Moustafaïev, a assuré ce week-end que seuls les hommes détenant "une spécialisation militaire" seront mobilisés en priorité, et qu'aucun conscrit ne sera envoyé en Ukraine. Une annonce qui n'a, visiblement, pas convaincu.

Lire aussi

Depuis la prise de parole du président russe, plus de 2300 personnes ont été interpellées partout dans le pays. D'importants départs de Russes vers des pays frontaliers ont également été signalés.


M.G avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info