VIDÉO - Le "Sea Baby", cette nouvelle "arme expérimentale" de l'Ukraine

par M.G
Publié le 17 octobre 2023 à 19h21

Source : TF1 Info

Kiev a récemment annoncé avoir mis deux navires de guerre russes hors d'état de nuire en mer Noire.
Pour réaliser une telle attaque, l'armée ukrainienne s'est appuyée sur l'un de ses nouvelles armes, un drone naval surnommé "Sea Baby".

Une innovation de nature à rééquilibrer le rapport de forces sur les eaux ? Alors que la suprématie russe en mer Noire ne fait que peu de doutes - Moscou pouvant s'appuyer sur une des flottes parmi les plus puissantes au monde -, les Ukrainiens parviennent tout de même à multiplier les coups d'éclat. Malgré son arsenal réduit, Kiev fragilise régulièrement les routes de ravitaillement maritime des Russes tout en les empêchant de profiter de leur supériorité sur les eaux pour renverser le conflit. 

En l'espace de plusieurs mois, ce sont ainsi plusieurs navires de guerre ennemis qui ont été mis hors d'état de nuire par l'Ukraine. Dernièrement, c'est une corvette de type Bouïan et un patrouilleur de classe Vassili Bykov qui ont été sévèrement touchés. Et à chaque fois, c'est le "Sea Baby" qui est à l'origine des dégâts. Mais alors, de quoi s'agit-il ?

Plus de 800 kilos d'explosifs

Le "bébé des mers" en français est en fait un drone naval de surface. L'engin sans pilote est contrôlé à distance pour des frappes ciblées à moyenne et longue distance. Capable de résister à des conditions météorologiques extrêmes, il peut transporter de lourdes charges explosives, jusqu'à 850 kg. À titre de comparaison, un autre drone maritime dévoilé par l'Ukraine en juillet pouvait transporter jusqu'à 300 kg d'explosifs. Cette "barque", que Kiev qualifie pour le moment "d'arme expérimentale" est également capable de fournir à l'opérateur des images thermiques jusqu'au moment de l'impact. 

Les caractéristiques de ce drone  impliquent "probablement une très forte propulsion", détaille l'amiral Jean-Louis Vichot sur LCI. Et les images laissent penser qu'il a un moteur puissant", analyse l'ex-commandant des forces maritimes françaises. Concrètement, si le "Sea Baby" ne transporte vraisemblablement pas toujours des charges destructrices de 850 kilos, le fait qu'il en soit capable permet de mettre en place "un savant dosage entre les explosifs à l'avant et le combustible pour avoir le rayon d'action nécessaire". "Il faut faire un compromis entre les explosifs embarqués et l'autonomie", juge encore l'ancien officier. Un équilibre complexe qui aurait permis de monter l'attaque contre le pont de Kerch, qui rallie la péninsule de Crimée à la Russie, en juillet dernier. 

Dernière particularité, cette arme a été entièrement développée par le SBU, les services secrets ukrainiens, sans participation occidentale. "Ces drones sont fabriqués dans une installation de production souterraine sur le territoire de l'Ukraine", déclare

le chef du SBU, Vasyl Malyuk à CNN. Leur conception, à laquelle participent des ingénieurs civils et des spécialistes des technologies, a débuté juste après le début de l'invasion russe en février 2022, ajoute-t-il. 


M.G

Tout
TF1 Info