Invasion russe en Ukraine : Poutine refuse de céder

Guerre en Ukraine : après la chute de Marioupol, celle de Severodonetsk ?

Frédéric Senneville
Publié le 21 mai 2022 à 23h30, mis à jour le 23 mai 2022 à 18h11
JT Perso

Source : TF1 Info

Alors que la ville portuaire stratégique de Marioupol vient de tomber aux mains des Russes, tous les regards se tournent vers Severodonetsk.
Pilonnée sans relâche, assiégée et privée d'eau et d'électricité, le sort de cette ville du Donbass ne tient plus qu'à un fil.
15.000 habitants sont pris au piège dans les abris et les caves de Severodonetsk.

Au lendemain de la reddition des derniers défenseurs ukrainiens de Marioupol, retranchés depuis des mois dans le complexe industriel d'Azovstal, la ville de Severodonetsk semble être désormais l'épicentre de la guerre en Ukraine. Comme Marioupol, la ville est assiégée, et est désormais privée d'eau et d'électricité. Environ 15.000 habitants vivent toujours dans les ruines de cette ville quasiment détruite, qui en comptait plus de 110.000 avant le déclenchement de l'offensive russe en février dernier.

"Le pilonnage continue sans relâche", a témoigné sur LCI Olexander Stryuk, le maire de Severodonetsk, "on tire sur les alentours et sur la ville, on essaie de prendre la ville en permanence" (voir vidéo ci-dessous). Ce jeudi, le pilonnage russe a fait douze morts et quarante blessés dans la ville. Capitale de fait de l'oblast de Louhansk, dont une bonne partie est aux mains des séparatistes prorusses, Severodonetsk se trouve au cœur de la gigantesque tenaille russe, qui semble prête à se refermer sur le Donbass.

Interview du maire de Severodonetsk sur LCISource : TF1 Info
JT Perso

Ville jumelle de Lyssytchansk, elle constitue avec celle-ci la dernière poche de résistance dans la région. Séparées par la rivière Donets, elles ne sont plus reliées que par un unique pont. "Nous avons encore un pont", confirme Olexander Stryuk, "mais il est dans un état fragile, parce qu'il est pilonné en permanence". C'est ce lien fragile qui permet d'espérer encore des évacuations.

Pour l'instant, il n'y a pas encore de soldat russe dans la ville

Olexander Stryuk, maire de Severodonetsk

L'armée russe a lancé une offensive au sud de la ville, pour l'heure repoussée, qui pourrait achever son encerclement. Dans la ville assiégée, "les gens se trouvent dans les caves des habitations, ainsi que dans quelques abris qui remontent à l'ère soviétique, mais qui ne sont pas assez nombreux". Les évacuations se font au compte-goutte, tandis que les soldats ukrainiens sur place tiennent toujours leurs positions. "Pour l'instant, il n'y a pas encore de soldat russe dans la ville", assure son maire, préoccupé "avant tout par la sécurité de l'évacuation de la population".

Comme à Marioupol, la cité industrielle de Severodonetsk est transformé en champ de bataille, écrasé sous les tirs d'artillerie russes. La présence d'usines chimiques inquiète les autorités, mais elles estiment que ce ne serait pas non plus dans l'intérêt des Russes."La crainte est présente", reconnaît Olexander Stryuk, "nous avons peur qu'ils bombardent l'usine chimique, mais s'ils le font, ce sera une catastrophe".


Frédéric Senneville

Tout
TF1 Info