Ukraine : neuf mois de guerre

Ukraine : "Babouchka Z", la nouvelle icône de la propagande russe

Samuel AZEMARD
Publié le 6 mai 2022 à 17h18
JT Perso

Source : TF1 Info

Jeudi, une statue a été inaugurée par les soldats russes qui occupent Marioupol en Ukraine.
Elle représente une vieille femme avec un drapeau soviétique à la main, devenue une nouvelle figure de la propagande russe.
Une statue inspirée par une Ukrainienne âgée apparue sur une vidéo tournée par des soldats ukrainiens, où elle tient tête à des militaires venus lui apporter de la nourriture.

À Marioupol, une statue en son honneur a été inaugurée jeudi par les soldats russes. Elle représente une vieille femme, portant fièrement un drapeau soviétique à la main. Cette paysanne est vêtue d'un foulard orthodoxe russe traditionnel, d'une jupe et une paire de bottes. Une statue inspirée par une paysanne ukrainienne devenue très populaire chez les pro-Poutine. Elle a été élevée au statut d'icône, faisant la nouvelle star de la propagande russe.

Depuis, dans tout le pays, on aperçoit des peintures murales de cette "babouchka". Mais, les Russes ne s'arrêtent pas là. Des dessins, des cartes postales, des banderoles et des autocollants sont même en vente. Pourtant, il semblerait que cette vieille dame, dont personne ne connaît réellement son prénom, se sente totalement incomprise.

Comment cette paysanne ukrainienne est devenue "Babouchka Z" ?

La "Babouchka Z", nom en référence à la lettre qui est devenue le symbole de l'"opération spéciale" russe, est apparue pour la première fois le 7 avril dans une vidéo prise par des soldats ukrainiens. Ces militaires s’approchent d’une petite ferme du Donbass, d’où sort une vieille femme tenant fièrement le drapeau soviétique. Les soldats ukrainiens lui tendent de la nourriture et lui prennent le drapeau. Elle commence par accepter cette nourriture, puis la leur rend. 

Sur les réseaux sociaux, les hypothèses vont bon train. Pour certains, cet acte prouve qu'elle regrettait ce passé soviétique et qu'elle défend l'opération menée par la Russie. Il n'en fallait pas plus au Kremlin pour ériger cette vielle dame au rang d'icône. Depuis, une seconde vidéo a été diffusée sur Telegram qui affirme que cette femme s'appellerait Anya et vivrait près de Dvorichna, à cinq kilomètres de la ligne de front, mais rien n'a été confirmé. 

Une version contredite par les Ukrainiens

Pour Pedro Andriyouchenko, maire adjoint de Marioupol, cette vidéo ne reflète pas la réalité. "Hier, il y a eu un reportage montré en Ukraine, par un journaliste biélorusse, qui a interviewé cette mamie. Elle regrette beaucoup que ces images soient utilisées contre l'Ukraine", explique-t-il sur LCI. Cette vieille dame aurait pris les soldats ukrainiens pour des militaires voulant détruire à tout prix sa maison. "Les Russes ont essayé de démentir, en faisant passer cette dame pour quelqu'un regrettant le passé soviétique. La guerre menée est la guerre des opinions sur l’avenir européen", poursuit le maire adjoint de Marioupol.

Lire aussi

Alors cette paysanne ukrainienne s'est-elle opposée à la résistance ukrainienne ou a-t-elle simplement voulu défendre sa maison des militaires ? Dur à dire.


Samuel AZEMARD

Tout
TF1 Info