Ce jeudi, Evgueni Prigojine a reconnu que les pertes continuaient à s'accumuler dans les rangs de Wagner.
Les combattants du groupe paramilitaire sont notamment en première ligne dans la bataille pour la ville de Bakhmout dans l'est de l'Ukraine.

Un aveu de faiblesse alors que son groupe est englué dans la sanglante bataille pour la ville de Bakhmout ? Le patron du groupe paramilitaire russe Wagner, Evgueni Prigojine, a reconnu ce jeudi que ses hommes continuaient à subir des pertes dans les combats en Ukraine, à l'occasion de la visite d'un cimetière qui "continue de s'agrandir". Une vidéo diffusée par son service de presse sur Telegram montre Prigojine devant des dizaines de sépultures surmontées de croix et sur lesquelles sont posées des gerbes de fleurs.

"Les combattants de Wagner continuent d'être enterrés ici et il n'y a aucun problème avec ça à ce jour. Nous allons l'améliorer et faire de ce cimetière un mémorial pour les futures générations", déclare l'ancien "cuisinier de Poutine". "Oui, (le cimetière) s'agrandit. Ceux qui se battent meurent parfois. C'est ainsi que va la vie", a encore lancé le patron de Wagner.

La Russie communique très peu sur les pertes qu'elle subit en Ukraine depuis le début de l'offensive qu'elle a déclenchée en février 2022. Le dernier bilan officiel des pertes communiqué par le ministère de la Défense date de septembre 2022 et fait état de 5937 militaires tués. Cela ne comprend pas les combattants de Wagner, qui ne font pas officiellement partie de l'armée.

Selon des estimations occidentales, les forces russes - armée, Wagner et séparatistes prorusses d'Ukraine - pourraient compter plus de 150.000 morts et blessés dans leurs rangs. Les combattants de Wagner sont notamment en première ligne dans la bataille pour la ville de Bakhmout dans l'est de l'Ukraine, où les deux camps ont subi de lourdes pertes.


Antoine LLORCA

Tout
TF1 Info