Ukraine : Kherson libéré, un tournant dans la guerre ?

Bombardement à Kherson, accusations de crimes de guerre… Le point sur la situation en Ukraine

M.C avec AFP
Publié le 25 novembre 2022 à 6h21
JT Perso
Comment désactiver votre Adblocker
  • Cliquez sur l'icône de votre Adblocker installé dans votre navigateur. En général elle se trouve dans le coin supérieur droit de votre écran. Si vous utilisez plusieurs adblockers, veillez à bien tous les désactiver pour pouvoir accéder à votre vidéo.
  • Suivez les instructions indiquées par votre Adblocker pour le désactiver. Vous devrez peut-être sélectionner une option dans un menu ou cliquer sur plusieurs boutons.
  • Lorsque votre Adblocker est désactivé, actualisez votre page web.
  • Remarque : Si vous utilisez le navigateur Firefox, assurez-vous de ne pas être en navigation privée.
adblock icone
Un bloqueur de publicité empêche la lecture.
Veuillez le désactiver et réactualiser la page pour démarrer la vidéo.

Source : TF1 Info

Quatre personnes sont mortes dans un bombardement russe sur Kherson, selon le gouverneur.
Ursula von der Leyen a annoncé un nouveau paquet de sanctions contre la Russie.
Les faits marquants de ces 24 dernières heures.

Déjà neuf mois, jour pour jour, que l'invasion de l'Ukraine par la Russie a débuté. Selon un responsable de la Commission internationale pour les personnes disparues (ICMP), dont les propos ont été relayées par The Guardian, 15.000 personnes ont été portées disparues depuis le début de la guerre. Malgré tout, l'offensive russe persiste et un nouveau bombardement a eu lieu, ce jeudi 24 novembre. Seulement, Moscou nie formellement les faits. Retour sur les informations marquantes de ces 24 dernières heures. 

Distribution de passeports. La Russie a annoncé avoir distribué des passeports russes à plus de 80.000 habitants de quatre zones d'Ukraine, annexées par son armée. "Depuis que les quatre régions ont été ajoutées à la Fédération de Russie, et conformément à la loi, plus de 80.000 personnes ont reçu un passeport en tant que citoyens de la Fédération de Russie", a déclaré le ministère de l'Intérieur russe, cité par les agences de presse locales.

L'UE maintient la pression

Multiplication des sanctions européennes. Comme l'a annoncé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d'une visite en Finlande ce jeudi, l'UE prépare un neuvième paquet de sanctions contre la Russie. "Nous travaillons dur pour frapper la Russie là où ça fait mal, pour émousser encore plus sa capacité à faire la guerre à l'Ukraine et je peux annoncer aujourd'hui que nous travaillons à plein régime sur un 9e paquet de sanctions", a-t-elle déclaré. "Je suis convaincue que nous approuverons très bientôt un plafonnement mondial des prix du pétrole russe avec le G7 et d'autres partenaires majeurs. Nous n'aurons pas de repos tant que l'Ukraine n'aura pas vaincu Poutine et sa guerre illégale et barbare", a-t-elle conclu. 

L'UE vient en aide à Kiev. Le Parlement européen a soutenu la proposition d'une nouvelle aide financière européenne à l'Ukraine, d'un montant de 18 milliards d'euros pour 2023. Une somme qui reste bloquée par la Hongrie, actuellement en pleine négociations houleuses pour le déblocage de fonds européens en sa faveur. Par 507 voix (38 voix contre, 26 abstentions), les eurodéputés, réunis à Strasbourg, ont très largement donné leur accord pour ce nouveau soutien financier à Kiev, pour faire face aux conséquences économiques de l'invasion de la Russie.

De nouvelles frappes russes

La Russie nie les faits. L'armée russe nie fortement avoir mené, mercredi 23 novembre, des frappes sur la ville de Kiev, affirmant que les dégâts dans la capitale ukrainienne avaient été causés par des missiles antiaériens "ukrainiens et étrangers". "Tous les dégâts dans la ville rapportés par le régime de Kiev sont les conséquences de la retombée de missiles étrangers et ukrainiens de défense antiaérienne, installés dans des zones résidentielles de la capitale ukrainienne", a indiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov. Ce dernier a précisé que l'armée russe avait mené, la veille, "des frappes massives" contre "le système de commandement militaire ukrainien et les infrastructures énergétiques qui y sont liées".

Kherson encore touchée. Jeudi 24 novembre, au moins quatre personnes ont été tuées et dix ont été blessées dans un bombardement russe sur cette ville située dans le sud de l'Ukraine. "Les envahisseurs russes ont ouvert le feu sur un quartier d'habitations à l'aide de lance-roquettes multiples. Un grand immeuble a pris feu", a indiqué sur Telegram, Iarovslav Ianouchevitch, à la tête de l'administration militaire de Kherson. De plus, six morts et 30 blessés ont été recensés à Vychgorod, près de Kiev.

Des "crimes de guerre". Le ministère français des Affaires étrangères a accusé la Russie de se livrer "à l'évidence à des crimes de guerre" en Ukraine. "La France condamne avec la plus grande fermeté les bombardements massifs déclenchés par la Russie le 23 novembre contre Kiev, Lviv, et plusieurs autres villes ukrainiennes", a déclaré la porte-parole du quai d'Orsay dans un communiqué. "Ce ciblage systématique de la population à l'approche de l'hiver traduit une volonté claire de la Russie de faire souffrir le peuple ukrainien, de le priver d'eau, de chauffage et d'électricité pour saper sa résilience", a-t-elle poursuivi, estimant que "ces actes constituent à l’évidence des crimes de guerre". 

Kiev reprend des forces

Retour de l'eau et de l'électricité. Mercredi 23 novembre, plusieurs frappes russes sur la ville de Kiev ont entraîné d'importantes coupures de courant. Au lendemain de l'incident, l'approvisionnement en eau et en électricité a été rétabli dans tous les districts de la capitale, a annoncé le maire Vitali Klitschko, cité par CNN. Néanmoins, "il faudra un certain temps pour que le système d'approvisionnement en eau fonctionne au maximum de sa capacité", a-t-il précisé.

À l'heure actuelle, certains habitants ne disposent encore que d'une faible pression d'eau dans le système, notamment ceux qui vivent dans les étages les plus élevés des immeubles. Le maire de la ville a donc demandé aux personnes concernées de "faire des réserves d'eau" pendant que des experts tentent de "ramener l'eau dans les maisons des habitants de Kiev".

Lire aussi

La Russie bientôt exclue de l'OSCE ? Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a remis en question le maintien de la Russie au sein de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Une idée évoquée lors d'une intervention télévisée devant l'Assemblée parlementaire de cette même organisation, réunie à Varsovie. "Nous voyons diverses plateformes internationales trouver des solutions nécessaires pour aider à arrêter le terrorisme russe, isoler autant que possible cet État terroriste et chercher une issue aux crises mondiales brutales créées par la Russie", a-t-il déclaré, avant de s'interroger : "Pourquoi il n'y a toujours pas d'OSCE parmi ces plateformes ? Pourquoi, en particulier, un État terroriste, même après neuf mois de crimes en continu, est-il toujours membre de votre Assemblée parlementaire ?"


M.C avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info