Ukraine : la guerre du froid

Civils tués à Kherson, 6 millions d'Ukrainiens dans le noir… Le point sur la situation en Ukraine

Publié le 26 novembre 2022 à 8h06
JT Perso

Source : TF1 Info

15 civils ont été tués dans un bombardement russe à Kherson.
6 millions d'Ukrainiens étaient toujours privés d'électricité vendredi soir, dont 600.000 à Kiev.
Les faits marquants de ces 24 dernières heures.

Voilà neuf mois que l'invasion de l'Ukraine par la Russie a débuté. Malgré des difficultés sur le terrain, l'offensive russe persiste et des civils ont une nouvelle fois été touchés, vendredi 25 novembre. Retour sur les informations marquantes de ces 24 dernières heures. 

Bombardement russe sur Kherson. Quinze civils, dont un enfant, ont été tués vendredi dans un bombardement russe à Kherson, deux semaines après le retrait contraint des troupes russes de cette ville stratégique. 35 autres habitants ont été blessés par ces frappes et plusieurs "maisons privées et des immeubles de grande hauteur" ont été endommagés, selon Galyna Lugova, responsable de l'administration militaire de la ville. Les patients des hôpitaux de Kherson ont été évacués au moment des frappes russes, "constantes", sur cette ville du sud de l'Ukraine.

La guerre du froid continue

Une partie de l'Ukraine dans le noir. Plus de 6 millions d'Ukrainiens étaient toujours privés d'électricité vendredi soir, d'après le président Volodymyr Zelensky, contre 12 millions mercredi 23 novembre, jour où une pluie de missiles russes a visé des infrastructures énergétiques. Kiev, avec quelque 600.000 foyers privés d’électricité dans la soirée, et sa région, ainsi que les provinces d'Odessa (sud), de Lviv, de Vinnytsia (ouest) et de Dnipropetrovsk (centre-est), sont les plus touchées par ces coupures. Le président a appelé les Ukrainiens à économiser l'électricité dans les zones où le courant a été rétabli. 

Un soutien occidental. Face à cette guerre du froid que veut mener la Russie, l'Ukraine bénéficie du soutien de plusieurs alliés, comme la France ou la Finlande. Paris a ainsi annoncé l'envoi de 100 générateurs vers la Roumanie, pour qu'ils soient remis aux autorités ukrainiennes. De son côté, Helsinki prévoit d'envoyer des équipements énergétiques la semaine prochaine, après avoir "demandé aux entreprises de faire don d'équipements", selon le ministre de l'Économie.

Lire aussi

La délégation ukrainienne boycotte l'OSCE. La délégation ukrainienne compte boycotter l'assemblée parlementaire de l'OSCE, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, d'après le Kyiv Independent. La délégation permanente de Kiev boycottera l'assemblée parlementaire après que la commission permanente n'a pas réussi à modifier les règles d'expulsion de la Russie. "À partir d'aujourd'hui, nous, la délégation ukrainienne, boycottons l'assemblée parlementaire de l'OSCE jusqu'à ce que cette organisation internationale puisse former son attitude à l'égard de la participation des Russes - propagandistes et représentants de l'État terroriste", a déclaré Yevheniia Kravchuk, membre de la délégation.

Le patrimoine ukrainien menacé. Pour protéger les œuvres ukrainiennes, le Conseil international des musées (ICOM) a publié une "liste rouge d’urgence des biens culturels en péril". L’objectif est d’endiguer le trafic illégal, qui s’est "amplifié par l’invasion russe", mais aussi de pouvoir repérer les biens et œuvres volés qui seront remis sur le marché "dans les semaines, les mois et les années à venir". Au total, 217 sites culturels ont été endommagés en Ukraine entre le 24 février et le 18 novembre, selon l'Unesco. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info