Un haut responsable du contre-espionnage ukrainien raconte auprès de "The Times" les détails du complot russe visant à éliminer le chef du renseignement militaire Kyrylo Boudanov.
Des agents russes auraient aussi infiltré les services de sécurité de Volodymyr Zelensky afin de tenter de l'assassiner.
Le quotidien britannique donne par ailleurs de nouvelles informations sur la tentative russe de prendre Volodymyr Zelensky en otage au tout début de la guerre.

Un complot russe en plein cœur du pouvoir ukrainien. The Times raconte en détails comment des agents russes prévoyaient d'assassiner le lieutenant-général Kyrylo Boudanov lors d'une attaque coordonnée de missiles et de drones, comme l’avait annoncé Kiev le 7 mai.

Le plan était d’assassiner le chef du renseignement militaire Kyrylo Boudanov lors d’une attaque coordonnée de missiles et de drones le 4 mai. Pour cela, la Russie avait installé un centre de contrôle des drones dans un sous-sol de la région de Kiev. "Les Russes prévoyaient de lancer un missile balistique pendant que l'opérateur du drone était dans son abri, après quoi il devait lancer son drone et filmer les conséquences de l'attaque et percuter son drone avec la fusée", a déclaré un haut responsable du contre-espionnage ukrainien, sous couvert de l’anonymat, dans une interview exclusive accordée au quotidien britannique. 

Ce haut responsable du service de sécurité de l'État ukrainien, le SBU, explique également comment les espions de Vladimir Poutine ont infiltré les échelons supérieurs de la sécurité du président Zelensky dans le but de le tuer. Depuis des mois, le SBU surveillait les architectes de ce plan d'assassinat : deux colonels du département de la protection de l'État chargés de protéger les hauts responsables ukrainiens, dont le président ukrainien, ainsi qu’un troisième homme, qu'ils soupçonnaient de travailler pour l'espionnage russe, le Service fédéral de sécurité (FSB), qui devait être l’assassin. Le SBU savait que ce trio complotait pour tuer Kyrylo Budanov et qu'il traquait également le lieutenant-général Vassyl Maliouk, chef du SBU, ainsi que Volodymy Zelensky lui-même, a révélé l'officier ukrainien au Times.

Zelensky forcé à capituler ?

Les deux colonels auraient fait des aveux lors de leur interrogatoire. Leur téléphone portable comprenait des communications identifiant les véhicules et les itinéraires empruntés par Volodymyr Zelensky et Vassyl Maliouk, peut-être en prévision de les frapper de la même manière que Kyrylo Boudianov, ainsi que des communications sur leurs mouvements.

Une fois arrêtés, les deux colonels ont également donné de nouvelles informations à propos d’une tentative russe de prendre Volodymyr Zelensky en otage au tout début de la guerre, a raconté l'officier ukrainien au Times. "En février 2022, l'agent numéro un a été chargé d'identifier d'autres agents de protection de l'État fidèles à la Russie et de tuer ceux fidèles à l'Ukraine afin de prendre le président en otage", a-t-il affirmé. "Ils devaient forcer Volodymyr Zelensky à faire une déclaration vidéo dans laquelle il capitulerait et affirmerait qu’il n’y avait aucune raison de se battre, sinon il serait tué."

2500 agents russes démasqués

Durant les premiers jours chaotiques de l'invasion russe, le premier colonel serait allé jusqu'à rassembler d'autres gardes du corps présidentiels et à leur suggérer de déposer les armes à l'arrivée des Russes, a ajouté le haut responsable du contre-espionnage ukrainien. Celui-ci a par ailleurs indiqué que le SBU a déjà démasqué quelque 2500 agents russes en Ukraine depuis plus de deux ans. 

Le 7 mai, le SBU a annoncé l'arrestation de deux officiers de sécurité soupçonnés d'avoir préparé l'assassinat de Volodymyr Zelensky et d'autres hauts responsables du pays, sur ordre de Moscou. Le SBU "a démantelé un réseau d'agents" du FSB qui "préparaient l'assassinat du président ukrainien", avait déclaré cette source dans un communiqué.


JC

Tout
TF1 Info