Les médias russes rapportent qu'un certain Dmitri Malyshev est parti combattre sur le front en Ukraine.
Un soldat au profil inquiétant puisqu'il purgeait il y a encore quelques mois une peine de 25 ans de prison.
Il a tué un homme avant de cuisiner son cœur de et le manger.

Ce n'est pas un secret : la Russie fait appel à des prisonniers pour renforcer les rangs de son armée et combattre en Ukraine. Des hommes le plus souvent envoyés en première ligne, qui peuvent disposer d'un salaire et prétendre à une remise de peine s'ils survivent à la guerre. 

Parmi ces nouvelles recrues, il en est une dont le nom largement relayé des derniers jours dans la presse russe. Originaire de Volgograd, Dmitri Malyshev n'était pas un détenu "lambda". Condamné à 25 ans de prison, il purgeait avant le conflit en Ukraine une peine infligée après avoir tué, démembré et cuisiné un homme. Un acte qui a viré au cannibalisme puisqu'il avait mangé le cœur de sa victime.

Surnommé le "briseur de cœur"

Plusieurs articles retracent le parcours de Dmitri Malyshev, dont on apprend qu'il est affublé du surnom de "briseur de cœur". En 2015, un tribunal l'a condamné à une lourde peine de prions, pour des actes commis l'année précédente. Selon les enquêteurs, en février 2014, il a frappé une connaissance – un travailleur migrant tadjik de 46 ans – à coups de pied de biche. Après l'avoir tué, il lui a arraché le cœur, avant de le faire frire avec des légumes et de le manger…

Le meurtrier ne s'est pas contenté de tuer cet homme : il a entièrement filmé la scène avec un téléphone portable. Selon les éléments rapportés par le tribunal, la victime a proposé à Dmitri Malyshev des relations sexuelles. Des avances qui ont suscité la colère de l'intéressé et l'auraient poussé à commettre ce crime. 

Auprès des médias qui sont parvenus à le joindre ces derniers jours, l'intéressé est brièvement revenu sur son geste, expliquant qu'il était au moment des faits sous l'emprise de l'alcool. Il a aussi évoqué son engagement au sein de l'armée, décidé "au nom de la préservation des valeurs traditionnelles de la Russie" selon ses mots. Il indique ainsi n'avoir pas pris cette décision dans l'espoir d'améliorer sa condition personnelle, mais en agissant par conviction.

À l'heure qu'il est, Dmitri Malyshev se trouverait dans un hôpital. Déjà blessé en début d'année 2024, il a de nouveau fait les frais des combats qui se déroulent sur le front. "Lors d'un assaut, une grenade m'a touché. Ma mâchoire est cassée, il y a des éclats d'obus dans mon genou et mon bras gauche", a-t-il notamment confié aux journalistes.

À ses côtés, un autre meurtrier

C'est par le biais de publications sur les réseaux sociaux que des médias ont découvert l'engagement au combat de Dmitri Malyshev et sa sortie de prison. Il a ainsi publié des clichés aux côtés d'un autre homme au lourd passé judiciaire. Condamné pour des vols et un viol, Alexander Maslennikov a été reconnu coupable après une première sortie de prison du meurtre de deux femmes, rencontrées dans un karaoké, avant de les tuer dans un appartement.  

C'est en octobre 2023 que les deux condamnés ont signé leur contrat d'engagement avec l'armée. Les photos de deux meurtriers sont relayées dans une série d'articles, où ils apparaissent en train de poser tous sourire, bras dessus bras dessous. 

À travers les publications qui lui sont consacrées, Dmitri Malyshev profite de son exposition pour partager des messages homophobes. Prompt à vanter des valeurs traditionnelles à l'origine sa mobilisation, il explique refuser en bloc une société qui laisserait des hommes s'embrasser en pleine rue. Des propos auxquels les médias locaux donnent une forme d'écho.


TD

Tout
TF1 Info