Après plusieurs jours de flou, Joe Biden a autorisé ce jeudi l'Ukraine à frapper des cibles en Russie, sous certaines conditions.
Cette décision a été prise pour permettre à Kiev de protéger la région frontière de Kharkiv.
Cette grande ville de l'est de l'Ukraine était ciblée depuis le sol russe depuis plusieurs semaines.

Washington donne son feu vert. Pressé par plusieurs de ses alliés, Joe Biden a autorisé jeudi les forces ukrainiennes à mener des frappes sur le sol russe, à proximité de Kharkiv, et sous certaines conditions. "Le président a donné pour mission à son équipe de faire en sorte que l'Ukraine puisse utiliser des armes américaines afin de contre-attaquer dans la région de Kharkiv, de manière à riposter lorsque les forces russes les attaquent ou se préparent à les attaquer", a indiqué un responsable américain, qui a requis l'anonymat, à l'AFP. 

En revanche, la Maison-Blanche continue de s'opposer à des frappes ukrainiennes en profondeur sur le territoire russe. "Notre position d'interdiction de l'utilisation d'ATACMS ou de frappes en profondeur à l'intérieur de la Russie n'a pas changé", assure la source. 

Pour rappel, Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, est la cible quasi-quotidienne de bombardements venant principalement du territoire russe. Moscou a lancé début mai une offensive dans la région, et gagne du terrain face à une armée ukrainienne en difficulté.


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info