Les services russes de sécurité ont annoncé ce jeudi avoir repoussé des "saboteurs" ukrainiens dans la région frontalière de Briansk.
Début mars, les autorités russes avaient déjà évoqué une incursion similaire dans cette région.
De son côté, l'Ukraine ne reconnaît pas officiellement d'opérations de "sabotage" en territoire russe.

La Russie a dénoncé ce jeudi une incursion de "saboteurs" ukrainiens sur son territoire, via la région frontalière de Briansk. "Le département des gardes-frontières du service fédéral de sécurité de Russie dans la région de Briansk a déjoué une tentative d'entrée en territoire russe d'un groupe de reconnaissance et sabotage ukrainien de 20 hommes près du village de Sloutchovsk", a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région, Alexandre Bogomaz. "Des unités des forces armées russes, ainsi que des unités des forces des gardes-frontières, ont ouvert le feu sur l'ennemi", a-t-il ajouté.

Le "Corps des volontaires russes" revendique cette incursion

L'incident a plus tard été confirmé par le ministère russe de la Défense, qui a pour sa part évoqué un groupe de 15 personnes. 

"Au cours de l'affrontement, l'ennemi a été vaincu par des tirs d'artillerie (...) Le groupe de sabotage s'est dispersé et, après avoir subi des pertes, s'est replié sur le territoire ukrainien. Il n'y a pas eu de victimes parmi les militaires russes", a-t-il affirmé dans son rapport quotidien.

Un groupe d'ultranationalistes russes, combattant aux côtés de l'Ukraine, nommé le "Corps des volontaires russes", a revendiqué cette incursion dans une vidéo dont l'authenticité n'a pas pu être confirmée. Sur ces images diffusées sur leur compte Telegram, on voit un homme armé, en treillis, remettant des tracts à un habitant et plusieurs hommes tirer au lance-roquette portatif vers une cible hors champ.

"Assurer la sécurité de la population", ordonne Poutine

Les autorités russes ont rapporté ces dernières semaines plusieurs tentatives d'incursion de "saboteurs" venus d'Ukraine dans les régions frontalières, qui sont aussi régulièrement visées par des bombardements d'artillerie ou des attaques de drones. Mercredi 5 avril, les services de sécurité russes (FSB) ont annoncé avoir arrêté un pilote ukrainien dont le petit avion s'était écrasé près d'un village de la région de Briansk.

Début mars, les autorités russes avaient rapporté une autre incursion dans la région de Briansk d'un groupe venu d'Ukraine qui ont, selon le FSB, ouvert le feu sur une voiture en tuant deux civils et blessant un enfant. Cette incursion avait déjà été, elle aussi, revendiquée par le "Corps des volontaires russes".

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné ce jeudi à ses forces de "faire tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer la sécurité de la population" tant en Russie que dans les territoires ukrainiens occupés, où plusieurs responsables prorusses ont été assassinés ces derniers mois.

L'Ukraine ne reconnaît pas officiellement d'opérations de "sabotage" en territoire russe. Kiev a notamment démenti tout lien avec l'attentat qui a endommagé le pont de Crimée l'automne dernier et l'assassinat d'un blogueur militaire russe dimanche à Saint-Pétersbourg.

Début mars, des centaines de personnes avaient cependant assisté à Kiev aux funérailles de combattants d'un bataillon de volontaires agissant de leur propre chef et tués durant une mission de "sabotage" en Russie.


V. F

Tout
TF1 Info