Si les combattants ukrainiens se préparent à un hiver rude sur le front, les difficultés s'accumulent aussi pour les civils.
Les frappes russes incessantes détruisent les logements et mettent à mal l'approvisionnement énergétique, alors que les températures négatives se rapprochent.
Les habitants tentent malgré tout de trouver des solutions.

L'hiver inquiète, et à plus d'un titre. Alors que les températures négatives s'apprêtent à toucher l'Ukraine, impactant notamment la zone de front, la saison pourrait également impacter les civils se trouvant loin des combats. Soumis depuis le début de la guerre à des bombardements incessants, les logements ukrainiens sont moins susceptibles de protéger leurs habitants du froid. Les récentes frappes russes contre les infrastructures énergétiques compliquent par ailleurs l'approvisionnement en chauffage.

"S'il vous plaît, évacuez"

L'enjeu était particulièrement présent non loin du front, à l'est du pays, où se concentraient, jusqu'à il y a peu, les bombardements. Dans ces régions, les frappes incessantes ont détruit des centaines de logements et menacent le système de chauffage collectif. En septembre, le président Volodymyr Zelensky avait ainsi accusé la Russie de viser "une infrastructure essentielle" non militaire dans le "but de priver les gens de lumière et de chauffage", suite à des frappes qui avaient provoqué une coupure de courant "partielle" dans les régions de Zaporijia, de Dnipropetrovsk ou encore de Sumy.

Dans ces zones à proximité des combats, les matériaux manquent pour réparer les logements des quelques résidents qui ont décidé de ne pas évacuer. Faute de vitres, rares dans tout le pays, les Ukrainiens doivent se contenter de bâches en plastique ou de planches en bois. 

Dans la région de Donetsk, partiellement contrôlée par l'armée ukrainienne, c'est l'alimentation en gaz qui a été interrompue dès le mois de mai, selon les autorités locales de la ville industrielle de Kramatorsk. Les combats auraient endommagé les infrastructures, obligeant les habitants restants à faire des réserves de bois. La situation inquiétait au point que dès la fin juillet, le président ukrainien Volodymyr Zelensky exhortait les civils toujours présents à partir en prévision de l'hiver. "S'il vous plaît, évacuez", avait-il demandé.

Des problèmes énergétiques qui concernent toute l'Ukraine

Mais depuis le 10 octobre, ces problèmes énergétiques ne se cantonnent plus aux zones de front. Car les dernières frappes russes, notamment à l'aide de drones-suicides iraniens, mettent l'ensemble du système énergétique ukrainien en difficulté. "Depuis le 10 octobre, 30% des centrales électriques ukrainiennes ont été détruites, provoquant des pannes massives dans tout le pays", a dénoncé le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur Twitter.

À la suite ces frappes, à Kiev, des coupures d'électricité ou d'eau ont été constatées pendant plusieurs heures. Si ces interruptions n'étaient que temporaires, le maire de la ville, Vitali Klitschko alertait sur une situation encore "très tendue" et invitait les habitants à économiser l'eau et l'électricité.

D'eux-mêmes, les Ukrainiens se préparent à résister au froid. À Irpin, comme il est possible de le voir dans la vidéo en tête de cet article, les habitants qui étaient logés dans des logements de fortune suite aux bombardements ont été évacués dans des constructions plus isolées, en anticipation du froid. RFI rapportait également que le prix du bois et des granulés de bois de chauffage avait fortement augmenté ces dernières semaines, tandis qu'une pénurie de générateurs électriques diesel dans le commerce était également constatée. En Ukraine, le combat contre l'hiver est d'ors et déjà engagé.


Aurélie LOEK

Tout
TF1 Info