Le président américain a exclu lundi de donner des avions de chasse F-16 à l'Ukraine.
Après la livraison de chars lourds, le sujet divise les alliés occidentaux de Kiev.

Des Abrams, oui mais des F16, non. Joe Biden a opposé lundi un refus catégorique à l'idée d'envoyer à l'Ukraine des avions de combat F-16, dont la liste d'aide en armement s'allonge pour chasser les forces russes de son territoire occupé. "Non", a dit le président américain lorsqu'un journaliste l'a interrogé dans le jardin de la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Alors qu'approche le 24 février, qui marquera le premier anniversaire de l'invasion de l'Ukraine, Joe Biden n'a pas voulu dire s'il se rendrait en Europe à cette occasion. Mais il a assuré qu'il irait en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, sans préciser de date.

Du côté européen, Berlin a déjà rejeté catégoriquement l'idée d'envoyer des avions de combat. Emmanuel Macron a estimé prudemment que "par définition, rien n'est exclu", tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens. Le président a souligné trois "critères" avant toute décision. Que ce soit une "demande formulée" par l'Ukraine, que cela ne "soit pas escalatoire" et "pas de nature à toucher le sol russe mais bien à aider l'effort de résistance" et que "ça ne vienne pas affaiblir la capacité de l'armée française". "C'est à l'aune de ces trois critères que nous continuerons de regarder au cas par cas" les livraisons d'équipements militaires, a-t-il ajouté après avoir posé les mêmes critères pour l'éventuel envoi de chars Leclerc. 

Après les livraisons de chars annoncées la semaine dernière, le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d'avions de combat. Les réserves de munitions d'artillerie ukrainiennes s'étant fortement épuisées, la France et l'Australie ont annoncé lundi un accord pour produire conjointement des obus de 155 mm à destination de l'Ukraine.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info