Ukraine : une guerre sans fin

Violents combats à Lyssytchansk, la Biélorussie menace... Le point sur la situation en Ukraine

Léa Prati
Publié le 3 juillet 2022 à 8h39, mis à jour le 3 juillet 2022 à 9h21
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Au 129e jour de guerre en Ukraine, les séparatistes pro-russes disent avoir encerclé Lyssytchansk, ville stratégique du Donbass.
Le président biélorusse Loukachenko accuse Kiev d'avoir tiré des missiles sur son pays.
Deux citoyens britanniques ont été accusés "d'activités mercenaires" par les autorités de l'oblast de Donetsk.

Au 129e jour de guerre en Ukraine, les combats se sont poursuivis à Lyssytchansk, ville clef de l'est de l'Ukraine que les séparatistes pro-russes assuraient avoir "totalement encerclée", une affirmation démentie par Kiev. Dernière grande ville de la région de Lougansk contrôlée par l'armée ukrainienne, Lyssytchansk fait l'objet depuis plusieurs jours d'intenses combats et a donné lieu hier à des versions différentes quant à la situation sur le terrain. 

La même journée, Alexandre Loukachenko, le président de la Biélorussie, a accusé l'Ukraine d'avoir tiré des missiles sur son pays. Il a affirmé qu'il riposterait "instantanément" à toute frappe ennemie son territoire, un message visiblement destiné à Kiev et aux Occidentaux.

Situation confuse à Lyssytchansk

Violents combats à Lyssytchansk. De violents combats faisaient rage samedi 2 juillet à Lyssytchansk, grande ville de l'est de l'Ukraine, au cœur de la bataille pour le contrôle du Donbass. "Les combats font rage... Heureusement, la ville n'est pas encerclée et est sous contrôle de l'armée ukrainienne", a assuré dans la journée à la télévision Rouslan Mouzytchouk, porte-parole de la Garde nationale de l'Ukraine. Mais la version des séparatistes pro-russes, citée par l'agence de presse TASS, est radicalement différente. Aux alentours de 13 h, le représentant de l'armée séparatiste de Lougansk a, en effet, affirmé que "les forces armées russes ont occupé les dernières hauteurs stratégiques, ce qui nous permet d'affirmer que la localité de Lyssytchansk est totalement encerclée". 

En réalité, L'Institut for the Study of War (ISW) a affirmé que les forces ukrainiennes se seraient délibérément retirées de Lyssytchansk. Le think tank a, en effet, rapporté que des images géolocalisées avaient suggéré que les forces russes n'ont rencontré que peu de résistance lors de l'entrée dans la ville. Si cette avancée est avérée, les forces russes prendront probablement le contrôle total de l'oblast de Lougansk dans les prochains jours, donnant ensuite la priorité aux avancées sur les positions ukrainiennes à Siversk puis à Sloviansk et Bakhmut.

Minsk menace Kiev

La Biélorussie accuse Kiev. Le président biélorusse Alexandre Loukachenko affirme que son armée a abattu des missiles tirés depuis l'Ukraine sur la Biélorussie, en pleine spéculation sur une implication grandissante de Minsk dans le conflit entre Kiev et Moscou. "On nous provoque. Je dois vous dire qu'il y a environ trois jours, peut-être plus, on a essayé depuis l'Ukraine de frapper des cibles militaires en Biélorussie. Dieu soit loué, nos systèmes anti-aériens Pantsir ont intercepté tous les missiles tirés par les forces ukrainiennes", a-t-il affirmé, cité par l'agence de presse d'État Belta. Depuis l'attaque du Kremlin contre l'Ukraine, le 24 février, la Biélorussie, allié de la Russie, a servi de base arrière aux forces russes. Les troupes russes s'étaient notamment élancées de la Biélorussie pour tenter de prendre la capitale Kiev, avant de renoncer fin mars face à la résistance ukrainienne et de se retirer.

Explosions à Mykolaïv. De puissantes explosions ont secoué Mykolaïv samedi 2 juillet dans la matinée, un jour après que les autorités ont annoncé qu'au moins 21 personnes, dont deux enfants, avaient été tuées par des frappes de missiles russes près du port de la mer Noire d'Odessa. Des sirènes de raid aérien ont retenti dans la région de Mykolaïv, qui borde le port d'Odessa, avant les explosions. "Il y a de puissantes explosions dans la ville ! Restez dans les abris !" a écrit Oleksandr Senkevich, le maire de la ville, sur Telegram. 

Deux Britanniques accusés d'activités "mercenaires". Dylan Healy et Andrew Hill, deux citoyens britanniques, ont été accusés "d’activités mercenaires" par les autorités séparatistes prorusses dans l’oblast de Donetsk. Ils sont notamment soupçonnés d'avoir participé à des combats en Ukraine. Dylan Healy avait été capturé par l'armée russe à un point de contrôle en Ukraine, le 29 avril alors qu'il effectuait des activités humanitaires. De son côté, Andrew Hill serait un "légionnaire  qui a un contrat avec l'armée ukrainienne".

Des missiles de l'ère soviétique pour attaquer l'Ukraine. L'armée russe utilise missiles anti-navires supersoniques à lancement aérien pour effectuer ses frappes au sol. Lors des frappes proches d'Odessa et de Krementchouk, ce sont les modèles Kh-22 et Kh-32 qui ont été utilisés par les forces russes, pourtant retirés depuis 2007. 

Lire aussi

Don d'un milliard d'euros. La Norvège a annoncé vendredi un don de près d'un milliard d'euros à l'Ukraine sur deux ans, à l'occasion d'une visite à Kiev de son Premier ministre Jonas Gahr Støre. Ce don doit servir à de "l'aide humanitaire, à la reconstruction du pays, à des [achats d']armes et au soutien au fonctionnement des autorités" ukrainiennes, selon Oslo. De son côté, l'Allemagne accorde 1 milliard d'euros à l'Ukraine. Le ministère ukrainien des Finances a indiqué, vendredi 1er juillet, avoir reçu la subvention d'un milliard d'euros promise par l'Allemagne le 25 juin, qui servira, comme pour la Norvège, à "financer les dépenses sociales et humanitaires prioritaires pendant la loi martiale".


Léa Prati

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info