Verif'

Nouvelle exécution brutale de la milice Wagner ? Ce que l'on sait de cette vidéo

Publié le 13 février 2023 à 19h04, mis à jour le 21 février 2023 à 17h36

Source : TF1 Info

Une vidéo publiée ce lundi montrerait l'exécution au marteau d'un homme.
Il s'agirait d'un ancien mercenaire russe abattu pour avoir fui le groupe Wagner.
Nous n'avons pas pu vérifier l'authenticité de la séquence.

Le mode opératoire est tristement célèbre. Visage attaché à une brique à l'aide de cellophane, un homme est abattu par un violent coup de marteau. Le tout, devant des caméras. C'est ce que montre une nouvelle vidéo particulièrement violente publiée ce lundi 13 février par une chaine Telegram proche de Wagner. D'après le texte qui accompagne les images, il s'agirait de l'exécution barbare de Dmitry Yakushchenko, un ancien mercenaire du groupe paramilitaire, rattrapé après avoir fui les rangs pour rejoindre l'Ukraine. Mais face à cette séquence, de nombreux éléments poussent à la vigilance.

Un prisonnier de guerre rendu à la Russie

La publication, qui a pour titre "vidéo du procès pour trahison", est accompagnée d'une légende expliquant qu'il s'agit des images de Dmitriy Yakushchenko, libéré en Crimée et qui s'est échappé des rangs du groupe Wagner "pour rejoindre l'ennemi après quatre jours". Le message se termine avec une référence à Yevgeny Nuzhin, ancien milicien abattu de la même manière par le groupe paramilitaire. La vidéo qui dure 1'50'' est divisée en deux parties. La première montre le témoignage de Dmitriy Yakushchenko, né en Crimée, lorsque la région faisait partie de l'Ukraine. Dans son récit, initialement publié le 14 novembre par Channel 24, l'homme âgé de 44 ans reconnait avoir été condamné à 19 ans de prison en Crimée avant de s'engager dans la guerre aux côtés de Wagner afin de "trouver n'importe quelle échappatoire". Mais il assure qu'il avait prévu de déserter les rangs de la milice dès son arrivée sur le front. "J'ai essayé de me déplacer lentement, en rampant à travers la ligne de front vers les positions des Ukrainiens", témoigne-t-il auprès de la chaîne de télévision ukrainienne, avant d'appeler les "soldats russes qui ont la possibilité de déserter" à le faire. L'homme termine en critiquant l'action de la Russie en Crimée. 

Dans cette publication, une chaine Telegram proche de Wagner affirme que Dmitry Yakushchenko a été abattu par la milice russe, le lundi 13 février 2023
Dans cette publication, une chaine Telegram proche de Wagner affirme que Dmitry Yakushchenko a été abattu par la milice russe, le lundi 13 février 2023 - Telegram

La deuxième séquence montre le même homme. Au-delà de la ressemblance physique, confirmée par nos soins grâce à l'intelligence artificielle, il se présente comme "Dmitriy Yakushchenko, né en 1978, en Crimée". Visage collé à une brique par plusieurs couches de cellophanes, il affirme avoir "quitté la ligne de front" avant de se retrouver "dans la ville de Dnipro". "J'ai reçu un coup de poing sur la tête et j'ai perdu connaissance. Quand je me suis réveillé, j'étais dans cette pièce, où on m'a dit qu'un procès contre moi se tiendrait ici", poursuit-il. Ensuite, l'homme parait recevoir un coup de marteau, mais les images sont floutées. Un grand fracas retentit, l'homme tombe à terre et reçoit un nouveau coup. La vidéo affiche ensuite le message : "L'audience du tribunal est déclarée close." 

Alors, que penser de ces images ? Tout d'abord, le quadragénaire a fait l'objet d'un échange de prisonniers entre la Russie et l'Ukraine, le 1er décembre. On peut d'ailleurs découvrir son témoignage dans un reportage sur le sujet publié par la chaine pro-Kremlin Russia Today. Ensuite, la chaine Telegram Grey Zone, qui a initialement publié la vidéo, est "crédible". Dans le sens où elle détient des liens étroits avec le groupe Wagner. C'est d'ailleurs elle qui avait diffusé la première exécution au marteau de l'ancien milicien Yevgeny Nuzhin, le 12 novembre dernier. Enfin, le mode opératoire est bien celui de ce groupe ultra-violent dirigé par Evgueni Prigojine, dont le marteau est même devenu le symbole.

La réponse mystérieuse du chef de Wagner

Cette séquence est-elle donc une nouvelle preuve de la barbarie du groupe Wagner ? Difficile d'être aussi affirmatif. Car de nombreuses parts d'ombre persistent. Tout d'abord, la très grande partie de l'image est floutée au moment de l'exécution du prisonnier. Une précaution dont le groupe ne s'était pas embarrassé en novembre dernier, et qui va à l'encontre de sa stratégie de promotion de la violence. Par ailleurs, ce flou rend impossible toute vérification des images. Ce qu'il se passe exactement une fois le coup de massue donné reste indiscernable. Il nous a également été impossible de vérifier les différents protagonistes de la vidéo, dont le visage n'apparaît pas à l'écran. 

Et ce n'est pas le patron de Wagner qui pourra dissiper ces nombreuses incertitudes. Interrogé sur la véracité de cette vidéo, Evgueni Prigojine a réagi via le service presse de son entreprise, Concord, par un message (très) mystérieux. S'il invite les médias à ne pas prendre "tout si tristement", écrivant que "les enfants s'amusent", il ne nie pas non plus l'authenticité de la séquence. Et va jusqu'à évoquer d'autres vidéos, avec cette phrase : "Si vous voulez, nous pouvons partager la prochaine série avec vous." Avant de conclure que "le bien triomphera toujours du mal".

Ceci dit, immédiatement après ce message, le même service de presse a publié une autre vidéo. Cette fois-ci, elle montre Dmitry Yakushchenko en vie. Face caméra, il revient sur son retour en Russie, assurant qu'il a commis une "erreur" en Ukraine. "Quand j'ai été fait prisonnier, j'ai dit beaucoup de choses, dont j'ai encore honte, mais c'était la seule façon pour moi de survivre" dit-il face caméra. Et de préciser que, depuis son retour dans les rangs russes, il a "apporté beaucoup d'informations précieuses" à Moscou. "Donc j'ai été pardonné, ce dont je suis très reconaissant." Difficile d'imaginer que le groupe paramilitaire choisisse d'abattre un homme après un tel aveu capturé face caméra. Ceci dit, là encore, rien ne permet de confirmer que la vidéo a été capturée ce lundi et non pas avant la mise à mort de l'ancien milicien. 

En résumé, il est impossible pour l'heure d'authentifier cette vidéo d'une exécution brutale. Le mystère reste total. Si bien que la députée russe Tatiana Moskalkova, chargée des droits de l'homme, s'est engagée à demander au Comité d'enquête de la fédération de Russie de vérifier l'authenticité de cette séquence.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia SIDERIS

Tout
TF1 Info