Ukraine : onze mois de guerre

Ukraine : près de 7000 civils tués depuis le début de l'invasion russe, selon l'ONU

S.M
Publié le 28 décembre 2022 à 8h21
JT Perso

Source : TF1 Info

Du 24 février au 26 décembre 2022, 6884 civils sont morts en Ukraine, selon le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).
Parmi ces victimes, l'organisme dénombre 429 enfants.
Des chiffres qui seraient, en réalité, "considérablement plus élevés".

Un lourd bilan, qui ne montre qu'une partie de la réalité, les chiffres réels étant a priori "considérablement" plus élevés. Du 24 février, date du début de l'invasion russe en Ukraine, au 26 décembre 2022, 6884 civils sont morts sur le territoire ukrainien, selon le dernier bilan du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) publié ce lundi. Parmi ces victimes, l'organisation compte 429 enfants. L'ONU dénombre également 10947 blessés, dont 547 enfants. 

Plus de 4 000 morts dans le Donetsk et le Louhansk

C'est à l'est de l'Ukraine, où les combats font rage, que les pertes civiles sont les plus importantes. Dans le Donetsk et le Louhansk, l'ONU dénombre 9956 victimes : 4052 tués et 5643 blessés. Sur les territoires annexés par les forces russes, 2116 victimes (483 tués et 1633 blessés) sont à déplorer. La plupart des victimes civiles enregistrées ont été causées par "l'utilisation d'armes explosives à large rayon d'action, notamment des tirs d'artillerie lourde, des lance-roquettes multiples, des missiles et des frappes aériennes", précise l'ONU. 

Lire aussi

Ces données, recueillies par l'organisme selon une méthode rigoureuse (témoignages, analyses de preuves, documents officiels ou en open source...), ne montrent qu'une partie de la réalité. Le HCDH estime en effet que les chiffres réels sont "considérablement plus élevés, car la réception d'informations provenant de certains endroits où des hostilités intenses se sont déroulées a été retardée et de nombreux rapports attendent toujours d'être corroborés", précise le bilan. C'est le cas notamment de Marioupol ou d'Izioum, théâtres d'exactions russes, "où de nombreuses victimes civiles sont signalées". 


S.M

Tout
TF1 Info