Ukraine : une guerre sans fin

VIDÉO - Ukraine : un premier navire chargé de céréales part d'Odessa

Dylan VEERASAMY
Publié le 1 août 2022 à 10h44
JT Perso

Source : TF1 Info

Un bateau chargé de céréales ukrainiennes est parti d’Odessa, dans la matinée du lundi 1er août.
Une première depuis l’intensification du conflit en Ukraine.
Le départ du chargement a été possible grâce à un accord international dont bénéficie également la Russie.

C’est un petit évènement qui s’est produit, en Ukraine, ce lundi 1er août. Pour la première fois depuis plusieurs semaines, un chargement de céréales produites en Ukraine a pu quitter le port d’Odessa.

Le premier d'une longue série ?

Le chargement a quitté le port ukrainien d'Odessa à 6h17 du matin et a pour destination le port de Tripoli, en Libye. "Le navire Razoni a quitté le port d'Odessa à destination du port de Tripoli, en Libye. Il est attendu le 2 août à Istanbul. Il continuera sa route vers sa destination à la suite des inspections qui seront menées à Istanbul", a ajouté le ministère turc de la Défense.

Le départ du bateau, chargé de 26.000 tonnes de maïs, a été possible grâce aux termes de l’accord international entre la Russie, l’Ukraine, la Turquie et les Nations Unies le 22 juillet dernier, permettant la reprise des exportations ukrainiennes sous une supervision internationale. Et il ne s’agira pas d’un coup unique : d’autres convois suivront en respectant "le couloir maritime et les formalités convenues", d'après le ministère turc de la Défense. 

La Russie également bénéficiaire de l'accord

La Russie, malgré de nombreuses sanctions occidentales, bénéficie également d’un accord similaire lui permettant d’exporter produits agricoles et engrais à l’étranger. Ces deux accords doivent permettre d'atténuer une crise alimentaire mondiale qui a vu les prix monter en flèche dans certains des pays parmi les plus pauvres au monde en raison du blocage des ports ukrainiens par le conflit avec la Russie.

Chacun des bateaux en partance de l’Ukraine ou de la Russie doit obligatoirement être contrôlé dans son intégralité à Istanbul, sous l’égide du Centre de coordination conjointe.


Dylan VEERASAMY

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info