Ukraine : Kherson libéré, un tournant dans la guerre ?

Sites de tortures découverts à Kherson, hiver menaçant selon l'OMS… Le point sur la situation en Ukraine

Marius Bocquet avec AFP
Publié le 22 novembre 2022 à 6h38
JT Perso

Source : TF1 Info

L'Ukraine dit avoir découvert quatre "sites de torture" utilisés par les Russes à Kherson ce lundi.
L'OMS prévient que l'hiver menacera la vie de millions d'Ukrainiens, après une série de frappes russes dévastatrices sur les infrastructures énergétiques du pays.
Les faits marquants des dernières vingt-quatre heures.

Le parquet général ukrainien a annoncé lundi avoir découvert quatre "sites de torture" utilisés par les Russes à Kherson lors de leur occupation de cette ville du sud de l'Ukraine jusqu'à sa reprise par les troupes de Kiev le 11 novembre. "À Kherson, les procureurs continuent d'établir les crimes de la Russie : des sites de torture ont été établis dans quatre bâtiments", a indiqué le parquet ukrainien sur Telegram. 

Des personnes brutalement torturées. Selon le parquet, les enquêteurs ukrainiens se sont rendus dans "quatre" immeubles, notamment des "centres de détention provisioire" d'avant-guerre, "où, lors de la prise de la ville, les occupants ont illégalement détenu des personnes et les ont brutalement torturées". "Des morceaux de matraques en caoutchouc, une batte en bois, un appareil utilisé par les occupants pour électrocuter les civils, une lampe à incandescence et des balles (…) ont été saisis", selon la même source, dix jours après la reprise de Kherson par l'Ukraine. Moscou n'a, à ce stade, pas réagi à ces accusations.

L'OMS met en garde contre un hiver "menaçant la vie" de millions de personnes en Ukraine. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu lundi que l'hiver menacera la vie de millions d'Ukrainiens, après une série de frappes russes dévastatrices sur les infrastructures énergétiques du pays. "Cet hiver mettra en danger la vie de millions de personnes en Ukraine", a déclaré aux journalistes Hans Kluge, le directeur régional de l'OMS pour l'Europe. "Pour faire simple, cet hiver sera une question de survie". Les dommages à l'infrastructure énergétique ukrainienne "ont déjà des effets dévastateurs sur le système de santé et sur la santé de la population", a ajouté Hans Kluge.

Des "crimes de guerre systémiques"

Macron évoque la centrale de Zaporijia avec Zelensky. Le président français Emmanuel Macron et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky ont évoqué lundi, lors d'un entretien téléphonique, "l'absolue nécessité de préserver la sécurité et la sûreté" de la centrale nucléaire de Zaporijia, de nouveau bombardée ce week-end. Selon la présidence française, le chef de l'État Emmanuel Macron "a dit sa vive préoccupation" quant aux "nouveaux tirs contre la centrale" en Ukraine, que Moscou et Kiev s'accusent mutuellement d'avoir bombardée.

Washington dénonce des "crimes de guerre systémiques". La Russie s'est livrée à des "crimes de guerre systémiques" partout où elle a déployé des troupes en Ukraine, a accusé lundi une haute responsable américaine. "Nous disposons de preuves qui s'accumulent démontrant que cette agression (l'invasion russe, ndlr) s'est accompagnée de crimes de guerre systémiques commis dans toutes les régions où les forces russes ont été déployées", a déclaré à des journalistes Beth Van Schaack, diplomate chargée de la justice pénale internationale au département d'État, citant des exécutions sommaires, cas de torture ou de traitements inhumains ou encore le déplacement contraint de personnes et d'enfants.

Lire aussi

Exécutions présumées en Ukraine : Moscou veut "retrouver et punir" les coupables. Le Kremlin a promis lundi de châtier les responsables de la mort d'un groupe de soldats russes en Ukraine, dénoncée par Moscou comme une exécution, alors que Kiev affirme que ces militaires ont été tués après une fausse reddition. "Naturellement, la Russie va rechercher elle-même ceux qui ont commis ce crime. Ils doivent être retrouvés et punis", a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. La Russie a accusé vendredi l'Ukraine d'avoir exécuté plus de dix de ses militaires qui avaient déposé les armes, sur la foi de vidéos publiées sur les réseaux sociaux.


Marius Bocquet avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info