C'est un évènement rarissime. Le chef de l'État haïtien a été tué par un commando dans la nuit de mardi à mercredi, dans sa résidence privée de Port-au-Prince.

La résidence du président, marquée par des impacts de balles, est encore cernée par l'armée. Aux alentours, les Haïtiens sont choqués. Cette nuit à Port-au-Prince, un commando assassine le président et blesse sa femme.

Selon les autorités haïtiennes, il s'agit de mercenaire professionnel venu de l'étranger. Leurs cagoules auraient été retrouvées, mais ils n'ont pas encore été arrêtés. Le pays a été placé en état de siège. "Les assassins du président Jovenel Moïse paieront pour ce qu'ils ont fait devant la justice", a déclaré Claude Joseph, Premier ministre sortant d'Haïti, lors d'une adresse à la nation.

Jovenel Moïse a été élu en 2016 en promettant de mettre fin à la corruption. Après quatre années de mandat compliquées, il n'avait rien réussi à changer dans le pays le plus pauvre d'Amérique. Pire, l'insécurité a augmenté avec des guerres de gangs et des enlèvements. En février, de nombreuses manifestations demandaient son départ. 23 hommes avaient même été arrêtés. Selon le gouvernement, ils projettaient d'organiser un coupe d'Etat et d'assassiner le président.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info