Crise migratoire à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne

"Il faut tenter le coup", Florence Parly prône le dialogue avec la Russie pour régler la crise migratoire en Biélorussie

ML
Publié le 11 novembre 2021 à 23h09
JT Perso

Source : TF1 Info

APPEL À LA DISCUSSION - La ministre des Armées, invitée sur LCI ce jeudi, a annoncé une réunion avec des ministres russes ce vendredi pour tenter de désamorcer la crise diplomatique entre la Biélorussie et l'Union Européenne, attisée par le blocage de milliers de migrants à la frontière polonaise.

Alors que la tension est montée d’un cran supplémentaire entre la Biélorussie et l’Europe ces dernières heures, la ministre des Armées relaie un appel au "dialogue" avec la Russie, principal soutien du pays d’Europe de l’Est. Minsk est accusée par la Pologne, soutenue par la communauté européenne, d’avoir conduit à leur frontière commune depuis quelques jours des milliers de migrants souhaitant rallier l’Union européenne, les acheminant sur place pour tenter de franchir de force la clôture érigée entre les deux pays. 

Ce jeudi 11 novembre, le président autoritaire biélorusse Alexandre Loukachenko a menacé l’Europe de lui "couper le gaz", en suspendant l’acheminement de carburant passant par son pays. L’Union européenne avait en effet soumis le régime à des sanctions économiques depuis la répression brutale de manifestations sur son territoire l’an dernier, et a prévu de les étendre au début de la semaine prochaine. 

Face à cette escalade continue, la ministre des Armées Florence Parly, interrogée au micro de Ruth Elkrief sur LCI ce jeudi 11 novembre, a préconisé "un dialogue avec toutes les parties prenantes", en particulier la Russie, dont la République biélorusse est très dépendante, étouffée par les sanctions européennes. Elle a annoncé une réunion avec le Ministre des Affaires étrangères français et leurs homologues russes vendredi matin. 

Une approche à tenter même si "l’on n'a pas des résultats à court terme"

L’ordre du jour y sera "nourri", a-t-elle ajouté, estimant qu'"il faut pouvoir s’exprimer et échanger". "Le Président de la République souhaite que l’on puisse entretenir un dialogue avec la Russie et il a raison, a-t-elle estimé. La qualité de ce dialogue définira aussi la qualité des résultats." Si elle a reconnu un échange "parfois difficile avec la Russie", "ce n’est pas parce que l’on n'a pas des résultats à court terme qu’il ne faut pas tenter le coup", a-t-elle jugé. 

Quant à la responsabilité de Moscou dans cette crise diplomatique, la ministre a pointé "des pressions et manœuvres qui bien sûr déstabilisent l’Europe". "Ce n’est un secret pour personne qu’il y a en Russie des tentations de diviser les européens entre eux", dont ce conflit en est l’une des "expressions". 

Lire aussi

Jusqu’alors, la Russie est restée plutôt discrète dans ce dossier, mais le président russe Vladimir Poutine a appelé jeudi l’UE à rétablir les contacts avec la Biélorussie. Un communiqué du Kremlin précise que le chef d’État russe a souligné l’"importance de régler le plus vite possible la grave crise migratoire, conformément aux normes humanitaires internationales” lors qu’un entretien téléphonique avec la chancelière allemande Angela Merkel, le second en deux jours. 


ML

Tout
TF1 Info