Un orphelinat de la banlieue de Kherson a dissimulé des enfants ukrainiens aux Russes.
Objectif, qu’ils ne soient pas envoyés en Crimée, région annexée en 2014 par Moscou.
Des images exclusives filmées par Hélène Bonnet et Charlotte Lefetey.

Cet établissement, à Stepanivka dans la banlieue de Kherson, accueillait 52 enfants, certains orphelins ou d'autres confiés temporairement par leurs parents ne pouvant les assumer financièrement. Mais dans Kherson occupée, le danger était réel pour eux. Quelques semaines avant que la ville ne soit libérée, 15 enfants ont été emmenés par les Russes vers la région de Mykolaïv, à une trentaine de kilomètres de là.

Une pratique devenue monnaie courante avec la guerre : le 21 octobre, la militante ukrainienne Inna Schevchenko dénonçait l'enlèvement par les Russes de "46 enfants ukrainiens de l'orphelinat régional de Kherson (...) emmenés en Crimée occupée. Tous les enfants kidnappés ont moins de 5 ans". Alors, comme il le raconte à notre équipe de LCI sur place, le directeur de l'orphelinat Volodymyr Sahaidak a organisé la résistance avec la complicité de ses collègues et, malgré le danger, a caché les enfants hors des murs, en sécurité. 

Une éducatrice raconte ainsi, dans le reportage en tête de cet article, avoir accueilli trois enfants dans son appartement au moment où la ville de Kherson était toujours sous contrôle russe. Le risque de se faire prendre était alors total. 

Dans un hôpital de Kherson, les équipes médicales ont également protégé des nouveaux-nés pendant la période d'occupation en mentant sur leur état de santé et ainsi empêcher qu'ils ne soient enlevés par les Russes. Pour ce faire, les médecins-réanimateurs ont expliqué que leurs très jeunes patients nécessitaient un respirateur. Cependant, ils n'avaient aucun problème respiratoire. "Personne ne s'est rendu compte que c'était une ruse", explique à notre micro Tetiana, médecin-réanimatrice. Un secret bien gardé qui a empêché la déportation de cinq nouveaux-nés.

Le 12 novembre dernier, Kherson a été libérée triomphalement par l'armée ukrainienne. Depuis, des bâtiments résidentiels sont régulièrement visés par des frappes russes.


CQ

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info