La présidence Donald Trump

VIDÉO - Immigration : Donald Trump félicite Emmanuel Macron pour son "leadership"

Antoine Rondel
Publié le 24 avril 2018 à 23h11
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sujet JT LCI

VISITE D'ETAT - Lors de leur conférence de presse commune, mardi 24 avril, le président américain, connu pour sa politique migratoire particulièrement ferme, a salué la politique de son homologue français en la matière.

Il y a des félicitations qui marquent plus que d'autres, et pas forcément pour les bonnes raisons. Alors que les dernières semaines politiques en France ont été marquées, outre la contestation de la rue, par le vote très contesté d'une loi sur l'asile et l'immigration, Emmanuel Macron a vu sa politique, qui a morcelé sa majorité, être saluée par son homologue Donald Trump.

Lors de la conférence de presse que les deux hommes tenaient, mardi 24 avril, à la Maison Blanche, dans le cadre de la visite d'Etat du Français à l'Américain, le Président milliardaire a félicité Emmanuel Macron pour "le leadership dont [il avait] fait preuve" en matière de politique migratoire. Vantant sa politique particulièrement ferme en la matière, Donald Trump a promis que les Etats-Unis allaient "mettre fin à l'immigration clandestine", et prolongé : "Je sais qu'en France, vous êtes confrontés à des défis similaires. Je veux vous féliciter pour le leadership dont vous avez fait preuve en les traitant de manière honnête et directe, alors que ce n'est pas toujours très populaire". 

De la condamnation du "Muslim Ban" à la loi Asile et Immigration

Aux Etats-Unis, le républicain s'était notamment fait élire en promettant la construction d'un mur à la frontière américano-mexicaine, projet pour le moment en suspens. Une fois élu, il avait commencé sa présidence tambour battant avec le mondialement très contesté - et toujours pas adopté - "Muslim Ban", qui interdisait aux ressortissants de plusieurs pays à majorité musulmane l'accès aux Etats-Unis. Un décret anti-immigration qu'Emmanuel Macron avait nettement critiqué à l'époque : 

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

"Je soutiens les peuples qui fuient la guerre et la persécution. Je me tiens aux côtés de ceux qui défendent nos valeurs. #Pasd'InterdictionPasDeMur", avait tweeté le futur Président en janvier 2017. De quoi faire du candidat marcheur un anti-Trump en puissance aux yeux des observateurs.

Donald Trump ne lui en a visiblement pas tenu rigueur : "L'un et l'autre, a-t-il poursuivi lors de la conférence, nous devons au moins en partie notre élection au désir de citoyens loyaux et ordinaires d'être entendus et écoutés et de disposer du contrôle de leur propre pays et de leur avenir". S'il est difficile d'affirmer que le Président américain connait le détail de la loi portée par Gérard Collomb, l'hommage n'est pas passé inaperçu chez ces personnalités de gauche :

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.
Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.
Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

Silencieux pendant l'ensemble des débats sur la loi Asile et immigration, Emmanuel Macron avait répondu dimanche 15 avril à Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin, sur Mediapart et BFM. Aux deux intervieweurs, qui lui demandaient s'ils trouvaient que l'expression "submersion migratoire", utilisée par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb et qui avait déclenché la colère des opposants au texte, le choquait, il avait répondu : "Non, pourquoi ?" Mais il avait réfuté l'idée que ce texte allait durcir les conditions d'accès au territoire français.


Antoine Rondel