Les flammes ravagent plusieurs régions algériennes et le bilan est dramatique : 34 personnes sont mortes depuis dimanche.
Le pays fait face à une canicule extrême et des vents forts, tandis que près d’une centaine de départs de feux ont été recensés, nécessitant l'évacuation de plus de 1500 personnes.
La Tunisie voisine, déjà dévastée par des feux la semaine passée, lutte aussi contre les flammes.

Le ciel a disparu, l'air est devenu irrespirable et les fumées envahissent tout. Les soldats du feu algériens sont à pied d'œuvre pour tenter d'endiguer les 13 incendies qui frappent actuellement le nord et l'est de l'Algérie, une progression difficile à arrêter. Depuis dimanche, au moins 34 morts ont perdu la vie dans ces violents départs de feu. Des bâtiments ont été complètement carbonisés, les flammes ne laissant sur leur passage que des ruines fumantes. "En trois heures, tout est parti en cendres. Il ne reste plus rien", lâche un habitant dans la vidéo du 13H de TF1 en tête d'article.

Les villages touchés, en majorité situés dans la région montagneuse de Kabylie, sont très boisés et la végétation, asséchée depuis des semaines par une intense canicule, ne résiste pas au moindre départ de feu. À la télévision algérienne, les images de chaos se succèdent : des flammes, plus hautes que les arbres, qui menacent directement une maison, des nuages ocre qui recouvrent le ciel, ou encore des riverains forcés d'étouffer eux-mêmes tant bien que mal les flammes et les dernières braises, avec des branches ou des bouteilles d'eau. 

"Complètement affolés"

Tous se retrouvent livrés à eux-mêmes et désemparés, et plusieurs dizaines de victimes ont été prises au piège par les flammes. "Les gens étaient complètement affolés. Ceux qui sont restés à l'intérieur des maisons s’en sont sortis. Mais d'autres ont péri, comme une femme partie sur les routes avec son enfant de sept mois", décrit le journaliste algérien Hammou Merzouk, de Berbère Télévision. Des soldats se sont même retrouvés encerclés par les flammes alors qu'ils étaient évacués de Beni Ksila, dans la zone de Béjaïa, au nord du pays, accompagnés d'habitants de hameaux limitrophes. Dix militaires ont péri, selon le ministère de la Défense. 

Les incendies ont fait également plus de 80 blessés, parmi lesquels 25 soldats, dans la même région, selon le média local Radio Soummam. Plus de 1500 personnes ont par ailleurs dû être évacuées alors que des tornades de feu se rapprochaient de leurs maisons. Certains touristes se sont aussi retrouvés au cœur du brasier dans des stations balnéaires prisées du littoral, détruites par les flammes. "On a été réveillé en pleine nuit, on s'est échappé de la résidence et on a réussi à se réfugier sur un rocher", raconte par exemple un vacancier dans une vidéo publiée sur les réseaux. Derrière lui, un rivage fumant, avec des flammes qui grignotent des arbres de la côte, surmontées par un épais panache de fumée. 

Heureusement, "la protection civile a pu éteindre la majorité des incendies, soit 80%, après une mobilisation ininterrompue durant la nuit de lundi à mardi", a précisé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué mardi. Des progrès réalisés notamment grâce aux moyens aériens de lutte anti-incendie et l'amélioration des conditions météorologiques, notamment la baisse des températures qui avaient atteint un pic de 48 degrés dans certaines zones.

Chaque été, le nord et l'est de l'Algérie sont frappés par des feux de forêt, un phénomène qui s'accentue d'année en année sous l'effet du changement climatique, entraînant sécheresses et canicules. Trois préfectures touchées depuis dimanche, celles de Bouira, Jijel et Béjaïa, avait déjà été concernées ces deux dernières années par de graves feux dans lesquels avaient péri près de 130 personnes.

 

En Tunisie voisine, dans la zone frontalière de Tabarka dans le nord-ouest du pays, de graves incendies ont également touché une région déjà dévastée par des feux la semaine dernière. Ces derniers jours, des températures record de 50 degrés ont été enregistrées, tandis que des rafales compliquent encore le travail des pompiers. Plus de 300 habitants du village de Melloula ont été évacués lundi par voie maritime, d'autres par voie terrestre, et d'autres incendies se poursuivaient encore mardi.


M.L | Reportage TF1 Tristan Vartanian et Lilia Bousfoul

Tout
TF1 Info