VIDÉO - Des passagers projetés au plafond en plein vol, au moins 50 blessés : la série noire continue pour Boeing

par T.A. avec AFP
Publié le 12 mars 2024 à 10h59, mis à jour le 12 mars 2024 à 19h20

Source : JT 13h Semaine

Une cinquantaine de personnes ont été blessées après avoir été projetées au plafond durant un vol entre Sydney (Australie) et Auckland (Nouvelle-Zélande), lundi soir.
En cause ? Un "incident technique" dans Boeing 787 Dreamliner affrété par la compagnie chilienne Latam.
Il s'agit d'un nouveau dysfonctionnement pour le constructeur américain, déjà dans la tourmente ces derniers mois.

La mauvaise série continue. Un nouvel appareil du constructeur Boeing a connu un "incident technique", lundi soir, lors d'un vol de la compagnie chilienne Latam entre Sydney, en Australie et Auckland, en Nouvelle-Zélande. Alors qu'il survolait la mer de Tasmanie, ce Boeing 787 Dreamliner a soudain perdu de l'altitude, propulsant au plafond tous les passagers dont la ceinture de sécurité n'était pas attachée. 

"Cela n'a duré qu'une fraction de seconde, a assuré à l'AFP Lucas Ellwood, un cuisinier basé à Auckland, qui se trouvait à bord du vol LA800. Les personnes projetées vers le plafond ont endommagé la paroi. Le gars derrière moi était dans les toilettes quand c'est arrivé, le pauvre. Il m'a dit qu'il avait traversé le plafond." "Lorsque je suis retombé sur le sol, un autre passager âgé qui s'était cassé l'épaule est tombé sur moi", a pour sa part raconté, un autre client, Luke Francis, au New Zealand Herald.

Des investigations vont avoir lieu

Au total, une cinquantaine de personnes ont été prises en charge après l'atterrissage en Nouvelle-Zélande. Quatre d'entre elles étaient toujours hospitalisées mardi matin. "Seuls un passager et une membre d'équipage ont subi des blessures qui ont nécessité des soins supplémentaires, mais leur pronostic vital n'est pas engagé", a précisé la compagnie aérienne. Latam ajoute par ailleurs travailler "en coordination avec les autorités compétentes pour enquêter sur l'incident".

"Les enregistrements de vol seront essentiels pour comprendre cet incident. Ils indiqueront aux enquêteurs s'il s'agissait d'un événement atmosphérique ou d'un problème technique avec l'avion, explique Joe Hattley, enquêteur sur la sécurité des accidents aériens. Ce genre d'incidents souligne la nécessité absolue pour les passagers de garder leur ceinture de sécurité attachée." La Nouvelle-Zélande mènera les investigations, avec l'appui du Chili. 

Porte arrachée, roue qui tombe, avion en feu...

Cet incident vient s'ajouter à une longue liste de dysfonctionnements connus par des appareils Boeing ces derniers mois. Début janvier, une porte d'un Boeing 737 MAX 9, de la compagnie Alaska Airlines, s'est détachée quelques minutes après le décollage, faisant quelques blessés légers. 

Quelques jours plus tard, un Boeing 747-8 prenait feu après son décollage de Miami (États-Unis). La semaine dernière, c'est cette fois un Boeing 777 qui a dû effectuer un atterrissage d'urgence peu après son décollage de San Francisco, une roue s'étant détachée de l'appareil avant de heurter des voitures sur un parking de l'aéroport américain.

"Nous travaillons à rassembler plus d'informations sur le vol et nous fournirons tout le soutien nécessaire à notre client", a cette fois déclaré Boeing dans un communiqué. Début mars, les autorités de régulation aériennes américaines ont donné à Boeing 90 jours pour présenter un plan visant à résoudre des problèmes de contrôle de la qualité.


T.A. avec AFP

Tout
TF1 Info