Dans un Tweet, Donald Trump informe qu'il ne participera pas à l'investiture de Joe Biden, le 20 janvier prochain. Le président sortant tente aussi d'apaiser la situation, parlant même de réconciliation et condamnant l'attaque du Capitole.

Deux jours après l'assaut, Donald Trump sous l'opprobre change subitement de ton. "À ceux qui se sont livrés à des actes de destruction et de violence, vous ne représentez pas notre pays", a-t-il déclaré. Le même président qui juste avant l'émeute galvanisait ses partisans : "vous ne reprendrez jamais le contrôle du pays si vous êtes faibles. Il faut que vous soyez fort et que vous le montriez".

Les scènes de violence avec cinq morts ont stupéfait le pays. Beaucoup d'élus républicains lâchent in extremis le président pour se racheter une image. À douze jours de son départ, la Maison-Blanche se vide. Ses ministres, conseillers ou chef de cabinet quittent le navire et le critiquent maintenant de façon assassine comme son ancien directeur du budget, Mick Mulvaney. "Je ne peux pas rester après ce qui s'est passé. On ne peut pas cautionner ça", dit-il. La très conservatrice Fox news tourne aussi le dos à Donald Trump. En résumé, le camp conservateur se fracture.

De nombreux élus républicains restent aussi fidèles au président. Ils savent qu'une bonne partie de sa base, 74 millions d'électeurs, le soutient toujours, aveuglément parfois. Comme le propriétaire d'un magasin de pêche pro-Trump depuis longtemps et pour toujours que nous avons rencontré à Maryland. "C'était de la folie ce qui est arrivé au Capitole, mais je ne pense pas Trump les a incités à faire ça. Ce n'est pas sa faute, ce n'est pas Trump qui est entré, ce sont ces gens qui ont décidé d'entrer", affirme-t-il. Ken, un autre électeur de Trump, pense qu'il n'est pas responsable des émeutes et condamne les élus républicains qui lui claquent la porte au nez. Le jour même de l'assaut, nous n'avions pas croisé un manifestant spectateur qui condamnait ces actions. Selon un sondage, 45 % des électeurs républicains approuvent l'attaque du Capitole.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info