VIDÉO - "Ici, je n'ai plus de finances" : la galère des ressortissants français pour quitter la Russie

par La rédaction de TF1info | Reportage vidéo T. Malandrin, J. Garro
Publié le 28 février 2022 à 17h05

Source : JT 13h Semaine

Dans un message publié dimanche, le ministère des Affaires étrangères appelle tous les ressortissants français à quitter sans délai la Russie.
Mais le retour est compliqué après la suspension des vols vers l'Union européenne et aux premières répercussions financières.

S'ils sont Français, ils subissent malgré tout directement la répercussion des premières sanctions contre la Russie. Dimanche 27 février, le Quai d'Orsay a invité professionnels en mission, touristes et étudiants, de passage dans le pays, à le quitter expressément. Problème : les liaisons se font de plus en plus rares. Du fait de l'invasion de l'Ukraine, l'Union européenne a décidé d'interdire tout vol entre la Russie et les 27 États membres.

Plus aucune liaison directe avec la France

Charles, étudiant en échange en Russie s'estime heureux. Il a réussi à réserver une place dans l'un des derniers vols pour la Grèce. "Mon objectif était vraiment d’embarquer dans n'importe quel avion pour m’emmener sur le sol de l’Union Européenne et rejoindre la France plus facilement", témoigne-t-il. 

Pour les autres ressortissants français de passage, deux autres voies s'offrent à eux. Il est possible de quitter la Russie par la route pour prendre ensuite un vol depuis les Pays baltes ou la Finlande. Autrement, ils doivent réserver un avion vers des villes qui n'ont pas interrompu leurs liaisons avec le pays de Vladimir Poutine, comme Dubaï, aux Émirats arabes unis, ou Istanbul, en Turquie. De ces aéroports seulement, un vol pour la France pourra être réservé. 

C'est l'option choisie par Ségolène Kan, artiste peintre arrivée à Moscou la veille de l'invasion de l'Ukraine pour une exposition. Elle confie sa hâte de quitter la Russie. "C’est un climat pesant, il faut faire attention à ce qu’on dit, à qui. Je connais des gens qui se sont faits arrêter dans les manifestations. J’ai envie de rentrer, de retrouver ma fille, de rassurer ma famille, mes amis", assure-t-elle.

Pour autant, d'autres ressortissants restent sans solutions. "Je m’inquiète parce qu'ici, je n'ai plus de finances", se soucie par ailleurs Valentina, Franco-Russe qui s'est rendue compte que plus aucune de ses cartes bancaires ne fonctionnait suite aux sanctions financières prises contre la Russie. Elle est donc allée à l'ambassade lundi pour trouver un moyen de quitter le pays au plus vite. Comme elle, de nombreux expatriés pourraient suivre le flux de voyageurs quittant le territoire russe pour fuir les premières répercussions économiques. 


La rédaction de TF1info | Reportage vidéo T. Malandrin, J. Garro

Tout
TF1 Info