Le ciel d'Athènes est devenu orange ce mardi.
Un phénomène causé par les nuages de sable du Sahara qui ont déferlé mardi sur la capitale grecque.
En escale dans le port du Pirée après avoir récupéré la flamme olympique, le trois-mâts Belem en a été recouvert.

Le Parthénon enveloppé dans une lumière orange. Ce mardi, des nuages de sable venus du Sahara ont transformé le ciel d'Athènes, et ont donné l'impression aux habitants d'avoir atterri sur Mars. "C'est un peu difficile, comme atmosphère à respirer. Il y a de la poussière partout", constate Elisabeth Bargue, une habitante d'Athènes.

Le phénomène n'avait pas été aussi important depuis 2018. "Il s'agit du plus sérieux épisode de concentration de poussière et de sable transférées du Sahara depuis les 21 et 22 mars 2018 quand d'épais nuages avaient alors envahi surtout l'île de Crète", affirme Kostas Lagouvardos, directeur de recherches météorologiques à l'Observatoire d'Athènes, auprès de nos confrères de l'AFP. "On a vécu des situations similaires dans le passé. Mais ce n'était pas aussi intense", explique Nicolas Dolianitis, un autre habitant. 

Ces nuages donnant au ciel une couleur jaune-orange sont le résultat de forts vents du sud qui ont soufflé ces derniers jours surtout dans le sud du pays, transférant la poussière et le sable du Sahara.

Ce mercredi matin, le navire historique français le Belem, en escale dans le port du Pirée avant de reprendre la mer avec la flamme olympique, en est encore recouvert. "Une sorte de pluie orangée s'est abattue sur le bateau. C'est devenu même orange fluo. Je suis sortie, j'ai fait des photos, c'était incroyable, irréel", raconte Christelle de Larauze, déléguée générale de la Fondation Belem, dans le reportage de TF1 à retrouver en tête de cet article.

Le phénomène a été déjà observé fin mars dans l'Hexagone, par exemple à Montpellier.


AL | Reportage TF1 : Lise Cloix, Dimitri Krier

Tout
TF1 Info