Plusieurs Gardiens de la révolution tués dans des frappes israéliennes sur l’ambassade d’Iran en Syrie

par F.Se avec AFP
Publié le 1 avril 2024 à 19h11, mis à jour le 13 avril 2024 à 13h25

Source : TF1 Info

Des frappes israéliennes près de l'ambassade d'Iran à Damas ont fait une dizaine de morts.
Un bâtiment de l'ambassade iranienne de la capitale syrienne a été touché.
Un commandant et plusieurs membres des Gardiens de la révolution iranienne font partie des victimes.

Des frappes israéliennes ont touché ce lundi le consulat iranien à Damas, a rapporté un média d’État. Une ONG fait état de 11 morts dans ce raid sans précédent. "Les frappes israéliennes ont visé un bâtiment dans le quartier de Mazzeh à Damas", une zone huppée, qui comprend des ambassades, a indiqué l'agence de presse officielle syrienne Sana. Elle a ajouté que "les systèmes de défense aérienne [avaient] attaqué des cibles ennemies dans les environs" de la capitale. 

Des Gardiens de la révolution visés par les frappes ?

Un média d’État iranien a confirmé qu'une frappe israélienne a détruit une annexe de l'ambassade d'Iran en Syrie. Le Corps des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique d'Iran, a annoncé que sept de ses membres, dont deux commandants, avaient été tués dans le raid. Dans un communiqué, les Gardiens de la révolution ont confirmé que deux hauts gradés de la Force Qods, Mohammad Reza Zahedi et Mohammad Hadi Haji Rahimi, faisaient partie des victimes. La force Qods est l'unité d'élite des Gardiens qui intervient en dehors des frontières. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG basée au Royaume-Uni, mais qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays, a précisé que le général Zahedi était le "commandant de la force Qods pour la Syrie, le Liban et la Palestine"

Présent sur les lieux, et interrogé par un média d'État iranien, l'ambassadeur iranien à Damas a assuré que ce sont des chasseurs F35 israéliens qui ont tiré six missiles sur le bâtiment. Le diplomate a assuré que l'Iran allait apporter "une réponse décisive" à cette attaque israélienne. Deux Syriens et un Libanais ont également péri dans le bombardement, "tous des combattants, aucun civil", a précisé le directeur de l'OSDH.

Un correspondant de l'AFP sur place a confirmé que le bâtiment annexe de l'ambassade avait été entièrement détruit par la frappe. Un constat que semblent confirmer les photos fournies par l'AFP, qui montrent le bâtiment réduit à l'état de ruine. Seule subsiste la porte, surmontée de la mention "section consulaire de l'ambassade d'Iran".

Il s'agit du cinquième raid en huit jours ayant visé la Syrie, où l'Iran et ses alliés soutiennent le pouvoir de Bachar al-Assad. Les frappes se sont intensifiées depuis le début le 7 octobre de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, un allié du Hezbollah et de l'Iran, ennemis d'Israël. Fin décembre, le général de brigade Razi Moussavi, un autre important commandant de la Force Qods, avait été tué dans un tir de missile au sud de Damas. 


F.Se avec AFP

Tout
TF1 Info