Guerre en Ukraine : pour les civils, la fuite ou le chaos

VIDÉO - "On restera toujours ensemble" : ces Ukrainiens qui fuient avec leurs animaux

Léa Tintillier | Reportage Benoît Christal, Régis Roiné, Chérif Souary
Publié le 23 mars 2022 à 9h58
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Les Ukrainiens fuient leur pays en guerre et se réfugient là où ils le peuvent, de l’autre côté des frontières.
Ces hommes, femmes et enfants emmènent avec eux leurs animaux de compagnie.
Une situation inédite qui pose parfois problème dans les pays d'accueil.

Des hommes, des femmes, des enfants… et des animaux de compagnie. De l’autre côté de la frontière ukrainienne, en Roumanie, personne ne s’attendait à un tel phénomène. Dans la panique de la fuite, les Ukrainiens n’ont pas oublié leurs compagnons à quatre pattes. Certains chats voyagent groupés, leurs caisses de transport empilées les unes sur les autres. Des maîtres portent leurs animaux malades, même encombrants, quitte à longer les mines antichars. Ils sont prêts à tout pour sauver ceux qui font partie intégrante de leur famille. 

Ensemble, ils traversent toutes les épreuves de la guerre, jusqu’à l’exil. Pourquoi un tel attachement viscéral pour ces réfugiés ? La réponse paraît évidente. "Ça ne se discute pas. Il est totalement exclu d’abandonner nos enfants et nos parents. Il en va de même pour nos animaux", soutient dans le reportage de TF1 en tête de cet article la maîtresse d’un petit chien tenu en laisse. Même âgés ou épuisés, les réfugiés sont prêts à tous les sacrifices. "Hors de question de laisser nos chats sous les bombardements. On part tous ensemble ou on ne part pas", lance une autre femme d’un âge plus avancé. "Je l’ai trouvé quand il était tout petit et malade. Je l’ai soigné. On restera toujours ensemble. Et puis il m’apaise", confie une adolescente, son chat emmitouflé dans une couverture. 

Il leur faut voyager ensemble sur plusieurs milliers de kilomètres. Il n’est donc pas rare de voir, dans les abris temporaires, des chats ou des chiens. La Croix-Rouge a même dû réagir en intégrant à ses convois humanitaires des tonnes de matériels et de nourriture pour animaux attendus par les réfugiés. "C’est la première fois que la Croix-Rouge roumaine envoie ce type de matériel vers l’Ukraine à la demande de nos homologues", relate une bénévole. Des réseaux familiaux se sont même organisés pour permettre aux enfants qui ont perdu leurs animaux de compagnie de les retrouver de l’autre côté de la frontière.  

Une situation inédite en France également

Il en est de même en France. Une population qui fuit avec autant d’animaux, "c’est inédit, on n’avait jamais vu ça auparavant", convient Sara Daneshvar auprès de l’AFP, responsable pour l’association France terre d’asile des orientations du centre vers des hébergements, ce mardi. 

À tel point que le dispositif d’accueil sans précédent mis en place par l’État pour les Ukrainiens s’enraye par endroits. "Cela peut poser des problèmes, parce que certains hôtels n’acceptent pas les chiens. Ceux qui ont deux chiens doivent même aller dans des centres de transit, le temps qu’on se réorganise. Vers la province, on ne précise même plus aux hôtels qu’il y a des chiens, sinon on ne s’en sort plus", poursuit Sara Daneshvar. 

Lire aussi

Lundi, la Fondation Brigitte Bardot a annoncé sur Twitter un partenariat avec Vétérinaires pour tous, avec le soutien du ministère de l'Agriculture, "pour prendre en charge le coût du protocole sanitaire et les soins vétérinaires des animaux de compagnie des réfugiés ukrainiens". Une prise en charge qui doit "alléger un peu" la "détresse de milliers de réfugiés qui ont tout perdu et dont la compagnie de leur animal est plus que précieuse dans ces temps difficiles".


Léa Tintillier | Reportage Benoît Christal, Régis Roiné, Chérif Souary

Tout
TF1 Info