Mali : la France met fin à une décennie de présence militaire

Les expatriés français "dans le flou" après l'annonce du retrait du Mali

La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Benoît Christal, Anne-Fleur Lespiaut
Publié le 17 février 2022 à 15h53, mis à jour le 17 février 2022 à 16h00
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Poussés dehors par la junte au pouvoir à Bamako, la France et ses partenaires européens ont officialisé jeudi leur retrait militaire du Mali.
Après cette annonce, comment réagissent les expatriés français sur place ?

C'est un tournant majeur pour l'opération Barkhane. L'armée française va bientôt quitter l'un des cinq pays du Sahel où elle est présente. Parmi ses 4600 soldats, près de la moitié vont se retirer du Mali. Les bases de Gossi, Gao et Menaka seront fermées. 

"Pendant cette réarticulation qui va prendre environ six mois, nous allons continuer nos actions contre les groupes armés terroristes", a assuré ce jeudi le porte-parole de l'état-major, le colonel Pascal Ianni, lors d'un point de presse. "Nous souhaitons pouvoir travailler de manière apaisée et coordonnée" avec les forces armées maliennes, a-t-il ajouté, précisant que le chef d'état-major français, le général Thierry Burkhard, parlerait avec son homologue malien "dans les prochaines heures". 

Les Français du Mali dans le flou

À Bamako, la capitale malienne, résidents français comme touristes savent bien que ce retrait pourrait changer leur quotidien. "Je suis dans le flou, je ne sais pas ce qui va être mis en place. Je ne sais pas comment le gouvernement va réagir, et ça, c'est un peu la surprise", s'inquiète l'un d'eux. "J'espère juste que l'aéroport ne sera pas bloqué avant que je ne parte. Mais sinon j'ai l'impression que les gens ici vient leur, la vie continue", affirme une autre.

Quatre à six mois avant de quitter le territoire

La junte militaire au pouvoir n'a pas encore réagi à cette annonce du président Macron, alors que les relations diplomatiques avec l'Hexagone sont extrêmement compliquées depuis le coup d'État. Le redéploiement des forces de Barkhane devrait prendre entre quatre à six mois, après neuf ans de présence française au Mali et la mort de 53 militaires. 

Interrogé pour savoir si cela signifiait l'échec de la stratégie française au Mali, M. Macron a répondu : "Je récuse complètement ce terme". Il a expliqué que si la France n'avait pas décidé d'intervenir en 2013, "vous auriez à coup sûr un effondrement de l'Etat malien", en ajoutant qu'"ensuite nos militaires ont obtenu de nombreux succès", dont l'élimination de l'émir d'Al Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) en juin 2020.

Lire aussi

À terme, 2500 à 3000 soldats français devraient rester au Sahel. La base aérienne du Niger pourrait être renforcée, mais aussi plus à l'ouest, les positions françaises en Côte d'Ivoire et en Sénégal sous une forme plus discrète. Ce retrait rapide du Mali, au plus tard d'ici cet été, pose aussi des questions sécuritaires pour les soldats sur place alors que le sentiment anti-français s'est renforcé ces derniers mois.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Benoît Christal, Anne-Fleur Lespiaut

Tout
TF1 Info