En Chine, la révolte contre le "zéro Covid"

VIDÉO - Les "nomades du Covid" : ces Chinois qui préfèrent vivre à la rue plutôt qu'être confinés

Léa Tintillier | Reportage TF1 : Justine Jankowski, Marine Zambrano
Publié le 3 décembre 2022 à 10h03
JT Perso

Source : Le JT

Les restrictions zéro Covid viennent d'être allégées en Chine.
Mais les habitants risquent toujours le confinement, si un cas positif est détecté dans leur immeuble.
Beaucoup préfèrent désormais dormir à la rue plutôt que de subir l'enfermement.

Comme depuis plusieurs matins, en Chine, un jeune couple de livreurs se réveille dans sa voiture. Difficile d’émerger, car il fait moins dix degrés dehors. "Regardez notre bidon d’eau. Il a gelé dans la nuit", commente la jeune femme en envoyant des vidéos sur les réseaux sociaux. 

Le couple n’a en fait pas le choix : leur résidence a été mise en quarantaine, par conséquent, ils ne peuvent pas y retourner. Alors le soir venu, les deux tourtereaux survivent avec les moyens du bord. "Quand je fais des livraisons, je n’ai pas froid. Mais dès que je reste immobile deux minutes, je suis glacée", poursuit la jeune femme emmitouflée dans une couverture. 

Des campements sur les trottoirs de Canton

Quelques kilomètres plus loin, des chauffeurs de taxi ont trouvé refuge dans un tunnel. Par peur de ne plus pouvoir travailler en cas de confinement chez eux, ils préfèrent dormir dans leur véhicule. Ils sont les "nomades" de la politique zéro Covid. Dans une rue de Canton, des dizaines de tentes ont envahi les trottoirs. 

Les habitants sont poussés à la rue par les confinements systématiques, comme François-Xavier, un expatrié français à Pékin. Dès qu’il a su qu’un de ses voisins était positif au Covid, il s’est enfui de chez lui. "Mon appartement est juste là au-dessus, au cinquième étage", montre-t-il, dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. 

Un allégement des restrictions

Tout le palier a été placé à l’isolement pour une durée indéterminée. Il doit trouver un autre hébergement pour lui et son chien. "Je préfère être libre, avoir des amis avec moi, et même si c’est dormir sur un canapé, ça ne me dérange pas du tout". François-Xavier peut s’estimer heureux, car le mois dernier encore, il aurait été envoyé dans un centre d’isolement. 

Lire aussi

Depuis mercredi, même les cas positifs peuvent se confiner à domicile, ce qui était impensable il y a encore quelques semaines. Si la population doit toujours se plier aux tests de masse, c’est un timide allègement des restrictions, quelques jours seulement après la vague de rébellion populaire contre la politique zéro Covid. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 : Justine Jankowski, Marine Zambrano

Tout
TF1 Info