Le 5 novembre, la Commission européenne va se saisir du contentieux entre la France et le Royaume-Uni concernant les droits de pêche dans les eaux britanniques. L'objet de la discorde, des licences de pêche attribuées selon des critères complexes.

À 2 heures du matin, Laurent et son équipage quittent le port de Boulogne-sur-Mer. Direction, la Grande-Bretagne. Une habitude depuis 25 ans. Mais depuis janvier 2021, ils s'arrêtent désormais pile à la frontière maritime et remontent leurs casiers pleins de bulot.

Ils sont obligés de se diversifier pour limiter les pertes, faute de licence britannique. Pour la récupérer, Laurent doit fournir à la Grande-Bretagne des preuves qu'il a pêché dans ces eaux entre 2012 et 2016. Des données de géolocalisation issues de trois appareils différents. Son ordinateur de bord, son système radar et son boiter satellitaire.

Le problème est qu'il n'a ces appareils que 2015. Impossible donc de remplir toutes les cases. Après 12 heures en mer, nous quittons Laurent dépité, devant des dizaines de kilos de roussette pêchés dans les eaux françaises.

À 400 km de là, dans la Manche, un bateau revient des eaux britanniques. Une tonne de coquilles Saint-Jacques récoltées en toute légalité grâce à un papier signé par l'autorité de Jersey. La suite dans la vidéo ci-dessus.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info