Le WE

Manipulations : la cyberguerre sur Internet

Publié le 12 mars 2022 à 20h12, mis à jour le 14 mars 2022 à 10h42
JT Perso

Source : JT 20h WE

Plus que pour n’importe quelle guerre par le passé, la bataille se joue aussi cette fois sur le terrain de la communication.
En Russie, la désinformation atteint des niveaux très importants, sans parler des cyberattaques destinées à déstabiliser l’adversaire.

Comme des cellules en expansion, voilà à quoi ressemble la guerre sur les réseaux sociaux. Ici, chaque point est un internaute qui relaye un message de propagande distillé par le Kremlin. Agression de l’Otan, encerclement de l’Otan, dénazification de l’Ukraine : des éléments de langage que David Chavalarias, un chercheur du CNRS, a enregistrés sur Twitter depuis janvier pour voir cette constellation grossir, passer de 3 000 messages par semaine à 15 000 ces derniers jours.

Démonstration avec ce compte de média russe qui explique comment, avec l’aide des Américains, les Ukrainiens développeraient sur leur sol des laboratoires d’armes bactériologiques. Information très efficacement reprise dans les démocraties occidentales aux Etats-Unis ou sur des comptes de personnalités françaises, transformés en relais d’information pour décrédibiliser les démocraties avec photo ou falsifier une information.

Pour les Russes, cette jeune femme sur le site bombardé de la maternité de Marioupol serait un modèle qui pose. Avec au cœur de ce dispositif, la création par Intelligence Artificielle de faux profils très difficiles à identifier. Des visages qui n’existent pas. Entièrement générés par ordinateur en un seul clic. Tout un arsenal que les Russes peuvent à peine imaginer, maintenus dans l’ignorance par la fermeture de tous les sites et des médias indépendants.

En face, côté ukrainien, la communication constitue aussi un outil majeur. Le président Zelensky poste chaque jour un message, souvent en anglais, sur Internet pour nous interpeller, quitte à choquer. Dernière vidéo montage du jour : Paris sous les bombes, avec cette conclusion : “Si nous tombons, vous tombez”.

T F1 | Reportage F. Leenknegt, M. Karmann de Silva, N. Gohet


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info