Une arrestation a tourné au bain de sang dans les rues et à l'aéroport de Culiacan.
Les autorités ont interpellé le fils du célèbre narcotrafiquant El Chapo.
La fusillade a fait au moins 29 morts, dont dix parmi les militaires.

Déployées par dizaines, des forces de sécurité mexicaines reprennent le contrôle de la route de l'aéroport. Nous sommes à Culiacan, une ville de 800.000 habitants transformée en brasier par les narcotrafiquants, et désormais quadrillé par un déploiement de 4.500 militaires. La veille, des bandes armées avaient déferlé sur la ville, pour essayer d'empêcher la capture d'Ovidio Guzman Lopez, le fils du célèbre narcotrafiquant "El Chapo".

Un avion touché par balle au décollage

L'aéroport a même été pris d'assaut pour empêcher son transfert, comme on peut le voir dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Des passagers ont vécu des moments de panique aux comptoirs d'enregistrement, tandis que d'autre, terrorisés, ont dû se recroqueviller sous leurs sièges pour échapper aux tirs. Leur avion, qui s'apprêtait à décoller, venait d'être touché par une balle. La police militaire a été dépêchée sur le tarmac, avec pickups et hélicoptères.

En dépit de cette attaque sur l'aéroport, les narcotrafiquants n'ont pas réussi à bloquer le transfert du fils d'El Chapo vers Mexico, à plus de 1000 km de là. Pour éviter les rues trop dangereuses, le prisonnier a été transféré par hélicoptère vers une prison de sécurité maximale. L'opération est réussie, mais au prix d'un bilan très élevé : dix militaires ont été tués et 35 autres blessés par balle, tandis que 19 narcotrafiquants auraient été abattus. Après ce déchaînement de violences, la ville de Culiacan ressemble à une ville fantôme : magasins, écoles et administrations sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

En octobre 2019, Ovidio Guzman avait été arrêté, puis relâché par la police, pour éviter un bain de sang après une succession de fusillades. Son père, Joaquín Guzmán, dit "El Chapo", fondateur du cartel de Sinaloa, purge une peine de prison à perpétuité dans une prison de haute sécurité américaine, depuis sa condamnation en 2019. Les États-Unis avaient offert une récompense de 5 millions de dollars pour la capture de chacun de ses quatre fils, dont Ovidio.


TF1info | Vidéo : Jérôme Garro, Lalia Koceir, Loïc Renault

Tout
TF1 Info