Un phénomène météo rare et spectaculaire s'est produit, ce 24 mai, au Mexique.
Une pluie de glace a enseveli des rues entières à l'est de la capitale, alors que les habitants sont aussi confrontés à une vague de chaleur inédite.
Comment expliquer ce paradoxe ? Les explications de Louis Bodin, météorologue LCI-TF1.

Au Mexique, près d'un mètre de grêle dans les rues de Puebla, pour les habitants, chaque coup de pelle semble dérisoire. La veille, une pluie de glace s'est abattue sans répit pendant près d'une heure et demie. Les rues sont transformées, par endroits, en torrent glacé. Il n'y a aucun blessé, mais des dégâts importants, comme le toit d'une maison. "Tout a commencé à s'effrondrer et nous avons couru chez un cousin pour nous abriter", rapporte une sinistrée.

La Canicule fait 48 morts

Et pourtant, à 130 kilomètres de là, les habitants suffoquent, record de chaleur ce samedi 25 mai à Mexico, près de 35 °C au mois de mai. Comment expliquer un tel déluge de grêle à quelques kilomètres ? C'est justement parce qu'il fait si chaud. L'air au sol, très humide en ce moment à Puebla, s'évapore et monte en altitude où les températures sont négatives. L'eau gèle et se transforme en grêle. "Et lorsqu'elle retombe, elle est tellement importante qu'elle n'a pas le temps de se réchauffer avant d'arriver au sol, on voit alors ces montagnes de neige, de grêle, qui ont pu arriver jusqu'au sol et s'accumuler", explique

 Cela fait trois mois que la canicule touche le pays. Dans la région de Tabasco, les singes tombent même des arbres par dizaines, déshydratés. La vague de chaleur a déjà tué 48 personnes.


La rédaction de TF1 | Reportage Lise Cloix

Tout
TF1 Info