Le WE

Navires russes : surveillance en haute mer

Publié le 23 octobre 2022 à 20h05
JT Perso

Source : JT 20h WE

Les Européens ont renforcé la surveillance de leur propre territoire. Exceptionnellement, nous avons pu embarquer à bord d'un Atlantique 2 de l'armée française. Au-dessus de la mer Baltique, rien ne leur échappe.

Des pilotes bretons sont les yeux de l'armée française en mer. Ce jour-là, ils s'apprêtent à voler pendant neuf heures au-dessus de la mer Baltique. L'objectif est de passer au crible tout le trafic maritime. Leur mission démarre à la base de Nordholz, au nord de l'Allemagne. C'est le lieutenant Thomas, préparateur de mission de l'OTAN, un militaire allemand, qui briefe les Français.

Le travail du lieutenant de vaisseau Romain et de son équipage sera partagé avec tous les autres membres de l'OTAN. Leur avion, un Atlantique 2, est reconnaissable à son nez vitré et bardé de capteurs pour surveiller la mer. Ils sont quatorze à bord. Et ils vont décrypter tout mouvement suspect militaire ou civil dans les eaux stratégiques au large de la Pologne, de l'enclave russe de Kaliningrad et autour du gazoduc Nord Stream, récemment attaqué.

À plusieurs kilomètres d'altitude, l'équipage a commencé à observer la surface de l'eau à travers les nuages, en toute discrétion. Voilier, ferry, tanker, ... Grâce à une caméra ultra puissante sous l'avion, l'image est parfaitement nette à des dizaines de kilomètres. Au centre, Jérémy, coordinateur tactique, est le chef d'orchestre de l'équipe. Les pistes qui l'intéressent, par exemple des bateaux civils qui n'ont pas activé leur système de localisation pourtant obligatoire, ou encore ceux qui s'approchent de zones sensibles.

Sur les 6 000 bateaux croisés ce jour-là, les Français relèvent 12 suspects, dont 6 militaires. Pour les surveiller, ce sont alors d'autres armées de l'OTAN qui prennent le relais.

TF1 | Reportage E. Lefebvre, M. Merle.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info