"On a l'impression d'une guerre napoléonienne" : le conflit sur la pêche vu par les Britanniques

Publié le 1 novembre 2021 à 13h11, mis à jour le 1 novembre 2021 à 16h53

Source : JT 13h Semaine

RÉACTIONS - Alors que l'escalade se poursuit dans le dossier des licences de pêche, Emmanuel Macron et Boris Johnson n'ont pas réussi à s'entendre lors du G20, à Rome. Un sujet sur lequel le 13H de TF1 a interrogé plusieurs Britanniques.

La relation franco-anglaise est en pleine tempête. Car Paris a menacé de renforcer les contrôles aux frontières et d’interdire les produits de la mer venant du Royaume-Uni dès mardi 2 novembre. Dans cet épineux dossier des licences de pêche, cela fait déjà plusieurs jours que le ton monte entre Londres et son voisin outre-Manche sur la pêche, et rien ne semble pouvoir apaiser cette querelle. 

Au sein de la capitale britannique, les habitants observent, impuissants, ce conflit. "On parle de deux groupes de gens qui se battent pour leur gagne-pain : les pêcheurs britanniques et les pêcheurs français. En termes économiques, ce n'est pas très significatif. Mais en termes de symboles, alors oui, c'est très important", analyse, depuis Londres, un citoyen britannique au micro du 13H de TF1, dans la vidéo en tête de cet article.

"Les gens sont très inquiets"

"Pour nos gouvernements, c'est un jeu politique : ils s'adressent à leurs électeurs. Il y a une élection en France, et Boris Johnson parle à ses électeurs pro-Brexit", souligne un autre londonien.

Une autre précise : "Dans le Sud-Ouest, la pêche, c'est très important. Les gens sont très inquiets, et certains pensent que si on n'avait pas voté le Brexit, on n'aurait pas eu ce problème. Mais on l'a fait, alors il faut le résoudre".

Des dizaines de pêcheurs français sans licence

En mai dernier, des pêcheurs français avaient manifesté en bloquant le port de Jersey, situé sur le territoire britannique. Ils réclamaient plus de licences de pêche, dont les quotas sont fixés par le Royaume-Uni. Mais les craintes se sont concrétisées côté français, où des dizaines de pêcheurs n'ont pas reçu de licence. 

Désormais, côté anglais, certains craignent une nouvelle escalade. C'est le cas d'une habitante de Londres, qui évoque pour TF1 "un problème avec les licences, qui sont retardées pour des raisons administratives. Cela doit être résolu. Mais on a l'impression que ça devient une guerre napoléonienne".

Pour l'heure, les deux pays appellent à la désescalade, mais continuent à camper sur leurs positions. Ce lundi matin encore, Londres a ainsi demandé à Paris de retirer ses menaces.


La rédaction de TF1 /LCI

Tout
TF1 Info