Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Pass sanitaire : l'exemple danois

Publié le 25 juillet 2021 à 20h06
JT Perso

Source : JT 20h WE

La France est loin d’être la seule à avoir recours au pass sanitaire. L’Italie l’adoptera le mois prochain, l’Autriche et le Danemark l’utilisent déjà. D’ailleurs, les Danois sont pionniers en la matière. Il a été l’outil indispensable des réouvertures.

Les Danois vivent avec lui depuis déjà trois mois. Il s'appelle “Coronapas”, un outil indispensable pour vivre comme avant. Il faut le montrer pour aller au concert, au musée, à la salle de sport, au café et au restaurant. Au Danemark, la règle est différente si vous vous installez en terrasse ou en salle. “En terrasse, il n'y a pas de pass, il n'y a pas de contrôle. Mais à l'intérieur, il faut avoir de Coronapas”. Le directeur n'est pas tenu de vérifier l'identité du client, seulement le pass. “C’est ma responsabilité de le faire”. Sinon c'est une amende de 400 à 1 600 euros selon la taille du restaurant.

Le “Coronapas” est plutôt bien accepté ici. “On est tous dans le même bateau. C'est notre problème, on doit trouver une solution ensemble. Les gens croient aussi dans la science, c'est pour ça qu'on s'est fait vacciner juste pour vivre et pouvoir aller au restaurant”. Un avis partagé par Peter, un retraité vacciné qui se balade à vélo avec son “Coronapas”. “Le pass me donne plus de liberté, on peut s'embrasser, se saluer comme si rien ne s'était passé”.

Une joie retrouvée grâce au pass sanitaire mais quelques interrogations aussi. Discussion chez le coiffeur avec Hanna. Elle est vaccinée et a donc reçu son “Coronapas”. “Quelquefois, les gens se demandent si ce vaccin a été testé suffisamment. On ne connaît pas les effets à long terme de ce vaccin”. Pour le moment, près de 50% de la population est vaccinée.

Pour obtenir un “Coronapas”, on peut aussi comme en France faire un test PCR ou antigénique valable trois jours. De nombreux Danois préfèrent cette solution. Ce soir, on fait la queue devant cet immense centre de tests rapides. “En centre-ville, il doit y en avoir entre trois et cinq comme ça avec pas mal d’affluence”. Ici aussi, le variant Delta a provoqué une poussée des infections, mais il ne semble pas préoccupé le gouvernement. Ce dernier a même prévu de faire disparaître le pass sanitaire à l’automne.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info