Certains pêcheurs ne peuvent plus pêcher dans certaines zones à cause du Brexit. Pourquoi ces secteurs sont-ils si importants ? Certains poissons, pourraient-ils bientôt venir à manquer ? Les prix vont-ils augmenter ?

Un poisson sur trois, pêchés par un bateau français provient des eaux britanniques. Ces eaux très poissonneuses font 750 000 km2. C'est trois fois plus que notre zone de pêche de métropole. Le Royaume-Uni est notre deuxième fournisseur de poisson derrière la Norvège. À l'avenir, y a-t-il donc un risque de pénurie de certains poissons ? Notamment de la lotte, du maquereau, du cabillaud, des encornets, mais pas seulement.

Alain, gérant d'une poissonnerie, se veut rassurant. En effet, il a déjà des solutions pour éviter de manquer. Selon lui, il existe de nombreuses variétés de poissons en Normandie, autour de la Vendée ou Les Sables-d'Olonne. Mais risque-t-on une hausse des prix ?

Pour le moment, selon une récente expérience, il n'y a pas de risque de hausse des prix pour le moment. Pendant la crise du Covid-19, malgré les grandes difficultés de transports du poisson du Royaume-Uni vers l'Hexagone, les prix ne se sont pas envolé. Cela pour la simple raison que les pêcheurs français ont été capables de chercher le poisson là où il en existe. Le reste de l'Europe comme l'Espagne, les Pays-Bas et la Norvège ont aussi alimenté la France.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info