Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il aux Émirats, au Qatar et en Arabie saoudite ?

Thomas Guien
Publié le 2 décembre 2021 à 17h18
JT Perso

Source : JT 20h WE

BUSINESS - En déplacement dans le Golfe à partir de vendredi, le président français veut peser comme "puissance d'équilibre" face aux crises du Moyen-Orient. Mais aussi obtenir de nouveaux contrats, comme celui attendu sur les Rafales aux Émirats.

Emmanuel Macron en "VRP" de l'armement tricolore. Le président français effectue vendredi son retour dans le Golfe, afin de peser sur les nombreux enjeux diplomatiques dans la région. Mais aussi signer quelques contrats, comme celui attendu sur les Rafales aux Émirats.

Entre son arrivée vendredi et son départ samedi, Emmanuel Macron rencontrera les trois hommes forts des monarchies arabes du Golfe : le prince héritier d'Abou Dhabi Mohammed ben Zayed Al-Nahyane (MBZ), l'émir du Qatar Tamim ben Hamad al-Thani, puis le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS). Lutte contre le terrorisme, radicalisme islamiste, nucléaire iranien, crise au Liban, élections en Libye... les dossiers ne manquent pas. Selon l'Élysée, le président veut "contribuer à la stabilité" de la zone, de "la Méditerranée jusqu'au Golfe". 

"Plusieurs contrats signés" vendredi à Dubaï

Une zone au sein de laquelle Emmanuel Macron va également plaider pour l'industrie française. Selon Anwar Gargash, conseiller du président émirati, "plusieurs contrats seront signés" vendredi à Dubaï.  Le plus attendu ? Celui portant sur une commande de plusieurs dizaines d'avions de combat Rafale par les Émirats. Il s'agit de remplacer des appareils… français. Les Émirats avaient en effet acquis 60 Mirage 2000 acquis à la fin des années 1990. Si aucun détail n'a filtré sur la commande des Émirats Arabes Unis, celle-ci pourrait porter sur le Rafale au standard F4. Ce dernier équipera l'armée de l'Air en 2025. Les premiers tests de cet appareil ont été réalisés par la DGA (Direction générale de l'armement) au printemps dernier.

Avec ce contrat, Emmanuel Macron devrait sceller un peu plus l'alliance entre les deux pays. Les Émirats sont en effet le cinquième client le plus important de l'industrie de défense française sur la décennie 2011-2020, avec 4,7 milliards d'euros de prises de commandes, selon le rapport au Parlement sur les exportations d’armement de la France. En se dotant de Rafale, ils emboîteraient le pas du Qatar, qui a acheté 36 appareils, et de l'Égypte (24 appareils achetés en 2015 et 30 en 2021).

Renouer avec Mohammed ben Salmane

D'autres gros contrats pourraient voir le jour. Durant ce voyage express, Emmanuel Macron sera en effet accompagné d'une large délégation de ministres et de dirigeants d'entreprises, dont Airbus, Thalès, Air Liquide ou EDF. Les occasions de nouer des partenariats seront nombreuses : à Dubaï, le président français visitera l'Exposition universelle qui a ouvert ses portes en octobre. Attendu au Qatar en fin de journée, Emmanuel Macron devrait s'entretenir avec cheikh Tamim des préparatifs du Mondial de football 2022.

Lire aussi

Le lendemain, il sera l'un des premiers dirigeants occidentaux à rencontrer Mohammed ben Salmane depuis la crise diplomatique provoquée avec de nombreux pays par l'assassinat en 2018 du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Emmanuel Macron quittera Jeddah quelques heures avant le premier Grand Prix de Formule 1 organisé par l'Arabie saoudite, qui cherche à faire du sport un levier pour améliorer son image à l'international.


Thomas Guien

Tout
TF1 Info