AFGHANISTAN - Cela fait quatre jours que les talibans ont pris le pouvoir. Nombreux sont ceux qui essaient de fuir le pays malgré la rareté des vols.

Le soulagement après l'angoisse. Ce mercredi à Roissy (Val-d'Oise), plusieurs dizaines d'Afghans ont enfin touché le sol français après des jours d'attente. Paris, Madrid ou encore Londres, un pont aérien exfiltre depuis trois jours des ressortissants de ce pays. Mais à Kaboul, ils sont encore nombreux à attendre désespérément une place dans un avion. C'est notamment le cas à l'ambassade de France où beaucoup patientent dans l'espoir d'être évacués.

Inquiétude aussi pour la soixantaine d'anciens auxiliaires de l'armée française à Kaboul. Considérés comme des espions par les talibans, ils sont obligés de vivre cachés. "La situation à Kaboul est très mauvaise. Depuis quatre jours, je ne peux pas sortir de chez moi. Ma femme et mes enfants ont très peur. Je suis toujours en attente pour rejoindre l'Hexagone pour sauver la vie de ma famille", témoigne l'un d'entre eux.

L'insécurité dans les rues de Kaboul monte encore d'un cran. Chaque jour, de nouvelles manifestations ont lieu contre les talibans, qui n'ont pas réagi jusqu'à présent. La priorité de l'armée française reste de multiplier les évacuations.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info