L’assaut de Raqqa, "capitale" de Daech

VIDÉO - Raqqa, ville fantôme : libérée, l'ancienne "capitale de Daech" est profondément dévastée

La rédaction de LCI
Publié le 22 octobre 2017 à 23h38
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sujet JT LCI

DÉSOLATION - La ville syrienne a été reprise mardi dernier à l'État islamique par l'armée kurde. Désormais vidée de djihadistes, l'ancienne capitale auto-proclamée de Daech n'est plus qu'un vaste champ de ruines. Les premiers observateurs sur place témoignent de dégâts bien plus graves qu'ils n'imaginaient.

Vu d'un drône, il est difficile de s'imaginer la vie dans les rues de Raqqa, désormais libérée, avant sa prise par le groupe État islamique, il y a seulement trois ans. Désormais, jusqu'à l'horizon, s'étalent des dédales de ruines, des carcasses d'immeubles. Sur place, les premiers témoins de la libération de la ville sont eux-mêmes surpris par l'ampleur inouïe des destructions consécutives à la guerre. Les violences des combats et des bombardements ont laissé la localité, "capitale" de Daech en Syrie, méconnaissable.

La ville de Raqqa vue d'un drone, le 10 octobreSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Une fois, [les djihadistes] ont attaché deux soldats derrière une voiture et les ont traînés jusqu'à ce qu'ils meurent.

Soldat kurde, à Raqqa

Après les tirs, un silence de plomb s'est abattu depuis le milieu de la semaine. Presque un silence de mort, car Raqqa a été vidée de ses habitants. L'immense majorité avait d'ailleurs réussi à fuir avant l'arrivée de Daech. Au milieu du chaos, une musique de victoire résonne malgré tout. Les soldats kurdes dansent sur l'une des places principales de la ville, là où Daech menait des exécutions et des châtiments en public. Un soldat le raconte aux équipes de TF1 : sous une horloge, les djihadistes "ont attaché deux soldats derrière une voiture et les ont traînés jusqu'à ce qu'ils meurent." 

Lire aussi

Une terreur également ancrée sur les murs de la ville. Drapeaux, slogans, inscriptions : à Raqqa, tout rappelle encore la vie sous l'État islamique. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), plus de 3250 personnes auraient péri lors des combats.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info