Pour la première fois, la flamme du Soldat inconnu a quitté l'Arc de Triomphe grâce à un flambeau prélevé sur elle lors de la cérémonie du 8 mai.
Pour les 80 ans du débarquement de Normandie, 34 jeunes Français l’ont transportée jusqu’aux États-Unis.
Les caméras de TF1 n'ont rien raté de ce périple historique.

Il n’y a pas d’âge pour entreprendre un premier voyage. La flamme du Soldat inconnu n’avait encore jamais quitté Paris. En ce mois de mai 2024, alors que l’on célèbre jusqu’au 11 novembre prochain l’année de son centenaire, ce symbole ayant vocation à raviver éternellement le souvenir des militaires français tombés au champ d’honneur s’est scindé en deux, afin que la flamme originelle continue de brûler au pied de l'Arc de Triomphe, tandis qu’un flambeau a été prélevé sur elle lors de la cérémonie du 8 mai. Le point de départ d’une expédition hors du commun, pour la transporter jusqu’aux États-Unis, et ainsi remercier les alliés d'avoir libéré la France il y a 80 ans.

"Ma grand-mère a vécu sous l’occupation allemande. J’ai la chance d’avoir grandi avec cette histoire, qui m’a toujours été racontée. Et aujourd’hui, porter ce message de liberté, avec tous mes camarades, c’est vraiment boucler la boucle", confie à TF1, dans le reportage du JT à voir en tête de cet article, Estelle Bagassien. Elle fait partie des 34 Français âgés de 18 à 28 ans sélectionnés sur lettre de motivation pour, le temps d’une grande traversée de 20 jours, remonter le fil de l’Histoire.

Capture d'écran TF1

Escortés par des Jeep Willys utilisées par des soldats américains lors du débarquement, nos porteurs de flamme ont suivi, borne par borne, la route de la Libération, c’est-à-dire l'itinéraire emprunté par les alliés à l’été 1944. D’abord de Paris à Cherbourg, via neuf villes étapes et autant de cérémonies devant des monuments aux morts, en dormant chaque nuit sur des lits de camp, dans des gymnases prêtés par les communes. Ensuite, à bord d’un ferry, de la Normandie à Southampton, d'où a été donné l'ordre de lancer le débarquement le 6 juin. Avant d'embarquer sur l'un des plus prestigieux paquebots au monde, le Queen Mary 2, depuis Londres jusqu’à, sept jours de croisière plus tard, la statue de la Liberté.

Capture d'écran TF1

La flamme a finalement été remise aux Américains le 24 mai, au cimetière militaire national d'Arlington, près de Washington D.C. Là, nos jeunes ambassadeurs ont déposé leur flambeau aux pieds de vétérans locaux, dont Steven Melnikoff, libérateur d'Isigny-sur-Mer il y a 80 ans. Quand il avait leur âge. "Le tout premier jour, on a perdu plus de 5.700 hommes", leur raconte le héros, chaleureusement applaudi à la fin de son discours. Moment choisi par Estelle Bagassien pour lui serrer la main et lui témoigner sa reconnaissance, "pour la France et pour l’Europe"

"Il a fait le débarquement en Normandie, il a 104 ans, j’en ai 21, et on est réunis au même endroit pour la liberté. Je suis une jeune femme libre grâce à lui", s'émeut-elle après coup au micro de TF1. Avant de prononcer à son tour un vibrant discours dans ce lieu très symbolique où plus de 290.000 anciens combattants sont enterrés. "On vit dans un monde où la liberté n’est jamais acquise, conclut-elle. Je vais essayer de m’en rappeler, de ne jamais oublier. Ce moment, il va m’accompagner tout le temps." Comme une flamme qui ne s’éteindrait jamais, des deux côtés de l’Atlantique.


Hamza HIZZIR | Reportage TF1 Antoine Bourdarias, Corinne Chevroton, Alexandra Poupon

Tout
TF1 Info