La ville de Fujikawaguchiko a installé un haut filet opaque pour masquer la vue du mont Fuji.
Cette mesure radicale a été mise en place pour lutter contre les effets dévastateurs des afflux massifs de touristes sur ce site.
L'ascension du célèbre volcan est désormais soumise à un quota, et payante.

Des badauds qui photographient le mont Fuji depuis un trottoir bordant une route très passante, avec en premier plan une supérette Lawson rétro et, en fond, une vue du majestueux volcan japonais. Avant, bien sûr, de publier le cliché sur les réseaux sociaux. Cette attraction incontournable pour les touristes venant au Japon est désormais inaccessible, comme on le constate dans le reportage du 13H ci-dessus. La faute à la municipalité de Fujikawaguchiko, qui a installé un haut filet opaque pour masquer la vue du mont Fuji.

Ce filet mesure près de 30 mètres de long pour 2,5 mètres de hauteur. Cette semaine, la mairie a dépensé 7.600 euros pour l'installer, ainsi que quelques autres signalisations. Une décision approuvée par les habitants de cette ville interrogés par TF1. "Les gens traversaient n’importe comment", déplore l’un d’entre eux. "Maintenant, c’est moins dangereux, je me sens plus en sécurité quand je passe en voiture", déclare une autre habitante. 

Une ascension désormais restreinte

Le choix radical de la municipalité ne semble pourtant pas décourager complètement les touristes. La plupart d'entre eux continuent de prendre des photographies, mais de l'autre côté de cette rue prisée par les badauds. "De ce côté-là, ils ne peuvent pas bien photographier le mont Fuji avec la supérette, alors pourquoi continuent-ils à le faire ?"  s’interroge un habitant. Certains touristes ont déjà repéré un nouveau spot pour faire leurs photos, situé un kilomètre plus loin. "J’ai grandi ici et je n’aurais jamais imaginé que ma ville natale aurait pu attirer autant de touristes un jour", sourit Kiyomoto Ogasawara, le maître de Yabusame, une école de tir à l'arc pratiqué à cheval par les samouraïs. 

Le filet n'est pas la seule mesure mise en place pour lutter contre les effets du surtourisme : l'ascension du mont Fuji est désormais restreinte à 4.000 personnes par jour, et chaque visiteur devra payer l'équivalent de douze euros. Les réservations en ligne ont ouvert le 20 mai pour la saison de juillet à septembre. Toutefois, au moins 1000 entrées pourront être achetées chaque jour sur place. Il faut dire que la très faible valeur du yen offre aux touristes un voyage japonais à prix cassés. "L'Empire du Soleil levant" bat des records de fréquentation depuis la réouverture de ses frontières à la suite de la crise du Covid-19. Plus de trois millions de visiteurs ont été enregistrés en mars dernier, un record mensuel, et ce seuil a de nouveau été atteint en avril.


La rédaction de TF1info | Reportage : A. Brégère, Y. Sano

Tout
TF1 Info