Deux mois après le spectaculaire effondrement du pont de Baltimore, le porte-conteneurs qui l'a heurté est enfin retiré du canal d’accès au port ce lundi.
Mais l'équipage singapourien du bateau se trouve toujours à bord, notamment pour une question de visa.
TF1 se penche sur leur situation ubuesque.

Une impressionnante explosion, et voilà l’armature métallique de l'ancien pont de Baltimore qui disparaît dans l’eau. Le cargo Dali est enfin libéré de son carcan qui le tenait prisonnier depuis deux mois, et le remorquage du porte-conteneurs  jusqu'à un terminal maritime proche a pu démarrer ce lundi matin. 

Le 26 mars dernier, le Dali, navire de 300 mètres battant pavillon singapourien, victime d'une avarie, s'était encastré dans le pont autoroutier Francis Scott Key, qui s'était effondré en quelques secondes comme un château de cartes. Lors de ce spectaculaire accident, six ouvriers, présents sur le pont, avaient trouvé la mort.

"On leur apporte des plats préparés"

Depuis la catastrophe, 21 marins sont toujours bloqués sur le porte-conteneurs, 20 Indiens et un Sri-lankais. Des associations et la compagnie gestionnaire du bateau, que nous avons pu contacter, leur livrent quotidiennement de la nourriture. "On leur apporte directement des plats déjà préparés. La compagnie a également mis à leur disposition un groupe de médecins et de psychologues avec qui ils peuvent virtuellement communiquer", indique Darrel Wilson, porte-parole de Synergy Marine Group, dans la vidéo du 20H de TF1 à retrouver en tête de cet article. Faute de visa et de laissez-passer, ces salariés de la compagnie n’ont pas pu être débarqués.

Surtout, le FBI et le Conseil national de la sécurité des transports mènent une enquête pour comprendre comment s’est produit l’accident. Tous les téléphones ont été saisis. "Je pense qu'ils cherchent à voir si des problèmes avaient déjà été relevés sur le navire et avaient fait l'objet de, estime Mathieu Croix, avocat spécialiste en droit maritime. Les opérations de déplacement du cargo ont débuté ce lundi matin. Les 21 marins, eux, pourraient revenir sur la terre ferme prochainement.


La rédaction de TF1info Reportage Laszlo Gelabert

Tout
TF1 Info